Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'extrême droite a le vent en poupe sous les serres d'Andalousie

L'extrême droite a le vent en poupe sous les serres d'Andalousie
Tous droits réservés
REUTERS/Marcelo Del Pozo
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'extrême droite refait surface dans les serres du sud de l'Espagne.

À El Ejido, une municipalité de 90 000 habitants, près d'un tiers de la population est immigrée et exploitée.

Cette ville s'est enrichie en seulement 40 ans grâce à l'agriculture sous serre. Un miracle économique qui ne serait pas possible sans le travail des migrants irréguliers dans les serres.

Les syndicats dénoncent une situation de semi-esclavage. "C'est l'hypocrisie totale" s'exclame Spitou Mendi, le syndicat des travailleurs.

Spitou Mendi, syndicat des travailleurs

"Si soudain ces migrants retournent dans leurs pays, ils chercheront d'autres travailleurs, car ce secteur a besoin de la main-d'œuvre que nous avons ici, une main d'oeuvre sans formation pour pouvoir en tirer profit." dénonce le syndicat.

Le rejet de cette population immigrée explique en grande partie le succès du parti d'extrême droite, Vox, qui a remporté les élections avec 29,5% des voix. Un succès qui suscite l'inquiétude dans le quartier de Las Norias, où vit une bonne partie de la population immigrée.

Lola Losada, tenante du bar "El Sevillano"

Lola Losada est la tenante du bar "El Sevillano" qui a été détruit en 2000 par des extrémistes. Elle est mariée à un marocain. Elle nous explique qu'il y a des moments où "la coexistence est difficile, où il y a une grande disparité d'opinions". Et que le succès de l'extrême droite sera "la ruine de l'Espagne et de sa jeunesse".

La tension est vive surtout parmi les classes les plus modestes, qui se plaignent de la saturation de certains services publics comme la santé ou l'éducation. Parmi eux, le message de l'extrême droite : "Les Espagnols d'abord" fait mouche.

La mairie reconnaît qu'il est nécessaire de continuer à travailler pour l'intégration.

"Nous avons une capacité limitée" explique le maire de la ville, Francisco Gongora.

Francisco Gongora, maire d'El Ejido

"En ce moment, il est vrai que nous avons quelques problèmes, par exemple pour scolariser les enfants près de chez eux". Et d'ajouter : "Il est nécessaire de travailler beaucoup plus sur la question de l'immigration. Nous ne l'avons pas pris suffisamment au sérieux. »

Mais ce vote est aussi une punition et l'expression d'une certaine lassitude contre les partis traditionnels.

Manolo Lopez, sympathisant du parti d'extrême droite, Vox

"Nous sommes déçus, abandonnés par le gouvernement régional" affirme Manolo Lopez, sympathisant de Vox. "Les socialistes sont aux commandes depuis 36 ans et ne se souviennent de nous que lorsque les élections arrivent. »

D'autres arguments ont donné des ailes à l'extrême droite comme l'indépendance catalane... Ou encore l'espace donné aux revendications féministes.

Ana Lazaro, Euronews : "On pensait l'Espagne vaccinée contre l'extrême droite après 40 ans de dictature franquiste, on pensait que c'était une exception européenne, mais les élections andalouses ont montré le contraire. Vox va bientôt pouvoir mesurer à nouveau sa force lors des élections municipales et européennes".