PUBLICITÉ

Italie : le premier "budget du peuple" adopté et contesté

Italie : le premier "budget du peuple" adopté et contesté
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les populistes au pouvoir ont adopté dimanche le premier budget de la mandature

PUBLICITÉ

Dimanche en Italie, le tout premier "budget du peuple" de la coalition populiste a été adopté à une large majorité à la chambre des députés.

Un budget moins dépensier que prévu sous la pression de la Commission européenne.

Même les députés d'extrême droite ont ironisé sur le revirement du gouvernement après son bras de fer avec Bruxelles. 

Giorgia Meloni : "Encore une fois ce budget respecte la volonté des technocrates de Bruxelles. Avec un déficit très poli de 2% vous avez même reçu les compliments et le vote de Mario Monti (l'ancien Premier ministre italien, ndlr)."

Les sociaux-démocrates sont également montés au créneau. L'ancien ministre de l'économie de Matteo Renzi, désormais en froid avec le parti démocrate, a critiqué ce budget.

Stefano Fassina : "Il n'y a pas de changement, cette loi budgétaire a une continuité absolue avec celles qui ont été approuvées lors de la législature précédente".

Les députés de la Ligue, premiers partenaires de la coalition populiste au pouvoir, ont insisté de leur côté sur le changement de direction pour gouverner l'Italie.

Mais ce changement est contesté par les députés du parti de Silvio Berlusconi désormais dans l'opposition. Ces derniers ont enfilé samedi des gilets bleus. Comme les gilets jaunes en France, Forza Italia dénonce les hausse de taxes sur les contribuables.

Les sociaux démocrates s'organisent eux aussi. Après avoir manifesté devant le parlement contre la baisse des retraites, ils ont saisi le conseil constitutionnel.

Le bras de fer budgétaire n'est pas encore terminé en Italie.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Italie est entrée en récession en 2018

À Venise, bientôt une taxe d'entrée pour les touristes

Le président polonais Andrzej Duda exhorte les membres de l'OTAN à investir dans la défense