DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lille: redevenir maître en son royaume

Lille: redevenir maître en son royaume
Taille du texte Aa Aa

Intraitable à domicile jusqu'à la Toussaint, Lille reste sur une défaite et trois nuls au Stade Pierre-Mauroy en Ligue 1. Le dauphin du Paris SG doit battre le mal classé Amiens vendredi (20h45) s'il veut continuer à rêver des places européennes.

D'une équipe invaincue chez elle et friable à l'extérieur, le Losc est devenue en quelques semaines tout l'inverse: elle tourne au ralenti dans le Nord, mais galope hors de ses bases, avec trois succès de suite, au rythme effréné de son buteur Nicolas Pépé.

"Pour être bien classé, il faut faire un bon parcours à domicile et aller chercher des points à l'extérieur. En décembre, on a eu des couacs à domicile, reconnaît l'entraîneur Christophe Galtier. On a un déficit de points à domicile mais on l'a compensé par des victoires à l'extérieur. Si on veut faire des écarts, il faudra prendre des points à domicile."

La venue du voisin picard, la pire équipe du championnat à l'extérieur, à l'occasion de la 21e journée, tombe donc à pic pour remettre les pendules à l'heure.

Mais Amiens a étudié les vidéos des matches de Strasbourg (0-0), Reims (1-1) ou Toulouse (défaite 2-1) et connaît la recette pour réussir son coup: proposer un bloc très bas, pour éviter de laisser le moindre espace aux joueurs lillois et notamment à la "BIP BIP", le trio infernal composé de Jonathan Bamba, Jonathan Ikoné et Pépé.

"A mi-parcours, on connaît le jeu de tous les adversaires et nos adversaires ont réussi à nous identifier. Mais il y a eu aussi des méformes de notre côté", souligne Galtier.

- "Etre plus juste" -

"On travaille sur cette capacité à gagner contre des blocs très bas. Il faut être plus juste, avoir plus de présence dans la surface. Il y a plein de registres sur lesquels on insiste", énumère l'entraîneur lillois.

A l'extérieur, le Losc est moins exposé à cette problématique car l'équipe hôte se doit de faire le jeu. Les Lillois peuvent alors s'engouffrer dans la moindre brèche et punir leur adversaire s'ils sont efficaces, comme cela a été le cas le week-end dernier à Caen (3-1), ou avant la trêve à Nîmes, où les Dogues l'ont emporté (3-2) après avoir pourtant joué en infériorité numérique durant 80 minutes.

Face à Amiens, 17e avec 18 points, un de plus que Dijon le barragiste virtuel, Lille devrait à nouveau buter sur un mur vendredi, et notamment sur le défenseur central et capitaine, Prince-Désir Gouano.

La semaine dernière, les Picards ont tenu une heure face au Paris SG avant de céder logiquement (3-0). Et Khaled Adenon, l'autre défenseur central, a été exclu et manquera donc le duel au Stade Pierre-Mauroy. Cette absence est un gros coup dur pour l'ASC, qui devrait opposer au 4-2-3-1 lillois un système compact en 4-5-1.

S'ils veulent parvenir à leurs fins, les Dogues, qui seront privés de leur latéral droit turc Zeki Celik, devront soigner leurs centres et se montrer patients, comme face à Sochaux il y a dix jours en Coupe de France (1-0), quand ils ont enfin retrouvé le chemin du succès devant leurs supporters.

Battu à domicile (1-0) la saison dernière par Amiens, qui était sa bête noire, le Losc avait failli plonger à cause de son voisin et compte bien lui rendre la pareille cette année.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.