DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le plaidoyer d'Angela Merkel pour le multilatéralisme économique à Davos

Le plaidoyer d'Angela Merkel pour le multilatéralisme économique à Davos
@ Copyright :
REUTERS/Arnd Wiegmann
Taille du texte Aa Aa

Elle se rapproche du terme de son dernier mandat, mais avant de quitter le pouvoir en 2021, la chancelière allemande Angela Merkel a bien l'intention de profiter de sa tribune pour graver dans le marbre un message au monde entier... Et c'est ce qu'elle a fait ce mercredi au Forum économique mondial de Davos. En résumé : penser moins aux intérêts nationaux (Donald Trump appréciera) et davantage aux intérêts de tous...

Une défense du multilatéralisme économique et des institutions existantes, alors que Jair Bolsonaro, le nouveau président brésilien, critiqué pour des politiques économiques axées sur le repli national, était présent à Davos cette semaine.

"L'architecture mondiale reste étroitement influencée par toutes les décisions prises après la Seconde Guerre mondiale. Nous avons les Nations Unies, nous avons créé par la suite le G7 et le G20, en réponse à l'une des crises les plus importantes, influencée, en quelque sorte, par l'avènement du digital, et la crise financière", a déclaré la chancelière allemande.

Brexit et multilatéralisme

Un plaidoyer pour la coopération économique internationale adressée par celle qui est à la tête de la première économie européenne depuis 13 ans et qui a vu défiler toutes les crises, de celle de la zone euro, jusqu'à celle du Brexit...

"Nous croyons fortement que l'Union européenne doit rassembler tout son courage et ses forces pour faire face à ces défis. Nous devons vivre avec le choc résultant de la volonté du Royaume-Uni de sortir de l'Union", a déclaré Angela Merkel à la tribune. "Tous mes efforts sont faits pour que cela se déroule dans un cadre ordonné. Nous souhaitons tisser de bonnes relations dans le futur".

Un discours qui relance peut-être l'intérêt de ce rendez-vous, de plus en plus questionné par les observateurs et certains dirigeants, et auquel ni Donald Trump, ni Emmanuel Macron, n'ont participé cette année.