DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hand: une médaille pour la France et des questions

Hand: une médaille pour la France et des questions
Taille du texte Aa Aa

Achevé sur une bonne note par l'équipe de France avec une médaille de bronze autour du cou, le Mondial de handball a soulevé plusieurs questions à dix-huit mois des Jeux olympiques de Tokyo, où les Bleus rêvent de récupérer leur titre.

. Le recul sera-t-il durable?

Eliminée deux fois d'affilée avant la finale, du jamais-vu depuis onze ans, la France est en recul dans la hiérarchie mondiale. A l'évidence, l'incroyable série de victoires devait bien s'arrêter un jour. Entre les Jeux de 2008 et le Mondial-2017, les Bleus ont gagné neuf titres (2 olympiques, 4 mondiaux, 3 européens) sur 13 possibles. Et encore, deux de leurs échecs sont survenus lors d'Euros pré-olympiques dévalués par la proximité des Jeux, et celui du Mondial-2013 six mois après le doublé olympique de Londres qui avait entraîné une courte et inévitable décompression. Leur seul vrai échec en dix saisons avait donc été celui de la finale des JO-2016 contre le Danemark. Un quasi sans-faute que personne n'a jamais réussi dans l'histoire du handball. "On a beaucoup de poids sur les épaules", a souligné le pivot Luka Karabatic. "C'est quelque chose de très grand d'arriver à chaque fois en demi-finale".

. Les vieux seront-ils trop vieux?

Les quatre joueurs qui ont connu l'âge d'or des victoires olympiques, les ailiers Michaël Guigou (37 ans) et Luc Abalo (34 ans), le pivot Cédric Sorhaindo (34 ans) et le demi-centre Nikola Karabatic (34 ans), ne vont pas rajeunir d'ici à Tokyo. Aucun n'a annoncé qu'il raccrochait, mais la question du maintien des trois premiers dans le groupe sera posée dès l'Euro en janvier prochain.

. Les jeunes seront-ils trop jeunes?

Avec les 1996-1997 qui ont tout gagné chez les jeunes, Melvyn Richardson, excellent au Mondial, Ludovic Fabregas, Dika Mem et Romain Lagarde, avec aussi Nedim Remili (23 ans) et quelques autres qui ne sont pas encore en bleu (Nicolas Tournat, Julien Meyer), la France peut voir l'avenir avec confiance à l'horizon de Paris-2024. Reste à savoir combien de temps durera la période de transition actuelle.

. Le Danemark restera-t-il la bête noire?

Les Français s'étaient déjà cassé le nez sur les coéquipiers de Mikkel Hansen en finale des Jeux de Rio. Les Danois sont désormais champions olympiques et champions du monde. S'ils venaient à être champions d'Europe en janvier prochain, les Scandinaves auraient la triple couronne, comme la France entre 2010 et 2012 puis en 2015. C'est peut-être une passation de pouvoir qui est en train de se produire, même si la France l'a emporté pour la médaille de bronze de l'Euro-2018. "En ce moment, il faut avouer qu'ils sont meilleurs que nous", a reconnu Luc Abalo.

. Le ticket olympique est-il en danger?

Clairement non. Les Français se seraient qualifiés directement, comme pour les Jeux de 2012 et 2016, en étant champions du monde. Mais ils auront une nouvelle chance de gagner leur place en étant champions d'Europe en janvier de l'année prochaine, ou en finissant deuxièmes si le Danemark l'emporte. En cas d'échec, la route de Tokyo passerait par un Tournoi de qualification olympique, qui aurait lieu dans l'Hexagone grâce à la médaille mondiale des Bleus. Vu son classement mondial, la France aura de grandes chances de passer car la concurrence est moins vive au handball qu'au basket ou au volley. "Mais il faut rester vigilant, je garde en mémoire que l'Espagne n'était pas aux Jeux de Rio", a rappelé l'ailier Valentin Porte.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.