DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : la loi "anticasseurs" adoptée en première lecture

France : la loi "anticasseurs" adoptée en première lecture
Taille du texte Aa Aa

En France, les députés ont adopté mardi à très une large majorité la nouvelle loi "anticasseurs" vivement critiquée par la gauche mais pas seulement.

Signe des crispations au sein même de la majorité, cinquante députés macronistes se sont finalement abstenus au moment du vote.

L'avocat français François Sureau, proche d'Emmanuel Macron, a de son côté fustigé avec ce texte une "loi de la peur": "c'est le citoyen qu'on intimide, pas le délinquant", a-t-il affirmé lundi au quotidien Le Monde.

Durant le débat des députés ont dénoncé l'article 2 de la nouvelle loi. Article qui permettra désormais aux préfets d'interdire une manifestation alors qu'il fallait jusque-là l'aval d'un juge.

Le nouvel arsenal juridique a été adopté en réponse aux violences commises par les gilets jaunes ces dernières semaines. Outre les interdictions administratives de manifester, les protestataires ne seront plus autorisés à masquer leur visage. Les réfractaires encourront jusqu'à six mois de prison et 7500 euros d'amende.

Désormais, le parquet pourra également ordonner des fouilles préventives sur les manifestants pour rechercher des armes par destination.

L'adoption de ces nouvelles dispositions n'est pas encore définitive. Le texte de loi doit être adopté par le Sénat avant de revenir devant l'assemblée nationale.

Les opposants à la loi "anticasseurs" ont déjà annoncé leur intention de saisir le Conseil constitutionnel.

Avec Agences