Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Hébron: constat d'impuissance à l'ONU après la décision israélienne

Hébron: constat d'impuissance à l'ONU après la décision israélienne
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La décision israélienne fin janvier de mettre fin à une mission internationale d’observateurs basée à Hébron, une ville de Cisjordanie occupée par Israël, a été regrettée mercredi par l’ensemble du Conseil de sécurité à l’exception notable des Etats-Unis, selon des diplomates.

Lors d’une réunion à huis clos, Washington a abordé le sujet d’un point de vue légaliste en soulignant que les deux parties – Israéliens et Palestiniens – étaient en droit de ne pas renouveler le mandat de cette mission qui vient à expiration tous les six mois.

A contrario, le Koweït et l’Indonésie, membres non permanents du Conseil de sécurité, ont souligné qu’Israël, garant de la sécurité dans les territoires palestiniens, n’avait “pas le droit” de mettre fin à la mission, selon un diplomate.

Autour de la table du Conseil, nombreux ont été les membres à “regretter” la décision israélienne, notamment les Européens (Belgique, Allemagne, Royaume-Uni…), mais aussi la Russie et la Chine.

“Il y a presque eu unanimité sur l’inquiétude” que provoque la décision israélienne, a indiqué à des journalistes le président en exercice du Conseil, l’ambassadeur de Guinée équatoriale, Anatolio Ndong Mba.

La réunion assez longue s’est achevée par la seule décision, sur suggestion britannique, de demander au président du Conseil d’approcher les deux parties pour leur transmettre la “tonalité” de la rencontre et “recueillir” leur point de vue. Les Etats-Unis ont demandé à ce que le “Conseil de sécurité soit clair dans son message”, a rapporté une source diplomatique.

“Ça ne va pas très loin” et “c’est un constat d’impuissance terrible pour le Conseil”, a estimé un diplomate sous couvert d’anonymat.

Proposé par le Koweït et l’Indonésie, un projet de déclaration du Conseil, déplorant la décision israélienne et appelant au calme, a circulé mais a été rejeté dans l’après-midi par les Etats-Unis, selon un autre diplomate.

Le Royaume-Uni a aussi relancé la question d’un voyage du Conseil de sécurité au Proche-Orient, une proposition soutenue par l’Indonésie, l’Afrique du Sud ou l’Allemagne. Mais là également, sans consensus avec les Etats-Unis, un tel projet risque de ne pas voir le jour à court terme.

Les tensions restent vives à Hébron entre Palestiniens et colons israéliens. La Présence internationale temporaire à Hébron (TIPH) était déployée dans cette ville en vertu d’un accord israélo-palestinien, conclu après le massacre en février 1994 par un colon israélien de 29 Palestiniens priant dans le Caveau des Patriarches, lieu saint pour les juifs et les musulmans.

La TIPH comprenait une soixantaine d’observateurs de nationalité danoise, norvégienne, suédoise, italienne, suisse et turque.

Hébron est la plus grande ville de Cisjordanie. Elle est la seule où vivent 600 colons israéliens protégés par des milliers de soldats, des blocs de béton et des miradors, au milieu de 200.000 habitants palestiniens.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.