DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vers une nouvelle course aux armements ?

Vers une nouvelle course aux armements ?
Taille du texte Aa Aa

Faut-il craindre une nouvelle course aux armements, après le retrait des États-Unis et de la Russie d'un traité de non-prolifération nucléaire ?

Dans son discours annuel face au Congrès, le président américain Donald Trump a promis d'augmenter le budget de la défense, pour créer, un nouveau système antimissile.

L’Otan parie plutôt sur un recul de Moscou :

"Nous ne voulons pas d'une nouvelle course aux armements et ce que nous allons faire, c'est essayer de convaincre la Russie de se conformer de nouveau au traité. Elle peut toujours faire marche arrière avant la finalisation du processus de retrait", commente Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan.

Si l’Otan tente de calmer le jeu entre les deux parties, elle continue de soutenir, sans surprise, la décision américaine

"Nous apporterons des réponses mesurées, dans un but défensif. Nous examinerons non seulement les conséquences militaires, mais aussi la manière dont nous pouvons maîtriser ces armements. L’Otan doit veiller, dans un monde sans traité INF et sans davantage de missiles russes, à garantir une politique dissuasive efficace".

Le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, signés en 1987 par les États-Unis et l'URSS est l'un des textes annonciateurs de la fin de la guerre froide. Un réchauffement aujourd’hui menacé : Moscou a annoncé mardi le développement d’un nouveau missile, jusque-là interdit par le traité.