DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pêche illégale : la Thaïlande fait des progrès

Pêche illégale : la Thaïlande fait des progrès
Taille du texte Aa Aa

Pendant des années, le golfe de Thaïlande a été victime de surpêche. Les zones réglementées ont été ignorées et des espèces entières de poissons décimées.

Un pêcheur thaïlandais interviewé par notre correspondant se rappelle qu'il a commencé à voir ses prises diminuer. Mais que les lois qui auraient pu protéger la mer étaient inexistantes ou pas appliquées.

Les prises douteuses qui provenaient de cargos étrangers étaient ensuite traitées dans des usines locales. Certains ont alors dénoncé ces pratiques comme étant de véritables opérations de "blanchiment de poisson".

Ces poissons étaient ensuite exportés vers l'Europe. En 2015, l'Union européenne, premier importateur mondial de produits de la mer a menacé d'interdire les importations thaïlandaises. Un "carton jaune" levé en début d'année 2019.

"Nous avons travaillé main dans la main avec les autorités thaïlandaises pour mener à bien une réforme globale de la gouvernance de la pêche dans le pays, y compris la refonte fondamentale du cadre juridique. Nous avons assisté à une amélioration des règles de traçabilité et des outils de suivi, de contrôle et de surveillance, ainsi qu'à une amélioration de la manière dont la flotte est gérée", explique Karmenu Vella, commissaire européen à l'environnement, aux affaires maritimes et à la pêche.

Aujourd'hui, les bateaux de pêche thaïlandais sont suivis 24 heures sur 24 par satellite. Les navires suspects sont interceptés en mer ou inspectés à leur arrivée au port.

De nouvelles lois exigent aussi que les navires battant pavillon étranger déclarent correctement leur cargaison, et les contrôles douaniers ont été renforcés.

Malgré tout, sur certains bateaux, des problèmes persistent notamment en ce qui concerne les conditions de travail souvent décrites comme de l'esclavagisme.