DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'IAAF dément qu'elle voudrait classer Semenya comme un "mâle biologique"

L'IAAF dément qu'elle voudrait classer Semenya comme un "mâle biologique"
Taille du texte Aa Aa

Le quotidien britannique The Times affirme mercredi que la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) va plaider que la Sud-Africaine Caster Semenya, championne olympique du 800 m, doit être considérée comme un "mâle biologique" et abaisser chimiquement son niveau de testostérone si elle veut concourir dans des compétitions féminines, ce que dément l'IAAF.

Selon le Times, l'IAAF doit défendre cette position la semaine prochaine lors d'une audience très attendue devant le Tribunal arbitral du sport, au cours de laquelle Semenya et d'autres athlètes veulent contester l'entrée en vigueur des nouvelles règles controversées de la Fédération internationale d'athlétisme sur l'hyperandrogénisme.

"Les avocats de l'IAAF vont plaider que la Sud-Africaine de 28 ans -et d'autres athlètes avec des DSD (differences of sexual development ou différences de développement sexuel)- devrait être classée comme mâle biologique, mais être autorisée à s'identifier comme femme et à concourir dans des courses féminines si, comme le font les athlètes transgenres, elle prend des produits pour réduire la testostérone", écrit le Times.

"L'IAAF ne classe aucun athlète DSD comme mâle. Au contraire, nous acceptons leur sexe officiel sans aucune question et leur permettons de concourir dans les compétitions féminines", a rétorqué l'IAAF dans un communiqué.

"Cependant, si une athlète DSD a des testicules et des niveaux de testostérone masculins, elle a le même développement osseux, la même augmentation de la masse musculaire et de la puissance que chez les mâles après la puberté, et c'est ce qui donne l'avantage aux hommes par rapport aux femmes. Pour préserver l'équité de la compétition féminine, il est donc nécessaire de demander aux athlètes DSD de réduire leur taux de testostérone au niveau de celui des femmes avant une compétition internationale", plaide la Fédération internationale.

La double championne olympique (2012, 2016) et triple championne du monde du 800 m (2009, 2011, 2017), qui bénéficie du soutien de la Fédération d'athlétisme d'Afrique du Sud, est sûrement l'athlète la plus connue affectée par le nouveau règlement de l'IAAF.

En vertu de ce texte, les athlètes qualifiées d'"hyperandrogènes" comme Semenya devront abaisser chimiquement leur niveau de testostérone pour pouvoir concourir, ce qui selon la Sud-Africaine entre en violation avec la constitution de l'IAAF et la Charte olympique.

Ces nouvelles règles devaient entrer en vigueur le 1er novembre mais elles ont été suspendues pour cinq mois afin d'éviter un nouveau report des procédures entamées par Semenya pour questionner la légalité de ces règles.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.