DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tänak vers une première victoire au rallye de Suède, bataille pour la deuxième place

Taille du texte Aa Aa

C'est un parcours sans faute que l'Estonien Ott Tänak est en train de réaliser en terres scandinaves: le pilote Toyota est parvenu à assurer samedi une confortable avance au rallye de Suède, tandis que derrière lui, la bataille faisait rage pour savoir qui allait compléter le podium dimanche.

Le nonuple champion du monde, le Français Sébastien Loeb, qui effectue la deuxième de ses six "piges" en WRC cette année, s'est lui contenté de la 7e place, sur des routes qu’il n’a plus parcourues depuis 2013 en rallye.

"Il y a des hauts et des bas", sur cette 2e manche du Champion du monde des rallyes, a résumé le pilote Hyundai, qui ne compte qu'une victoire en Suède en 2003 alors qu'il courait chez Citroën.

En tête de la course toute la journée de samedi, Tänak possède désormais une avance de 54 sec et 5/10e sur le Norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai) et le Finlandais Esapekka Lappi (Citroën), deuxièmes à égalité.

"C’était une super journée. Je suis sûr que nous profitons de notre position sur la route. Hier, on a fait le plus gros du travail, aujourd'hui, il s’agissait de rester intelligent", a réagi l'Estonien, auteur samedi de trois temps scratchs sur huit (ES12, ES13 et ES15).

- Lutte pour la deuxième place -

A l’arrière, les poursuivants de Tänak sont à la lutte pour le podium. Mikkelsen, alors deuxième après l'ES12, est parti à la faute dans l'ES13, perdant de précieuses secondes sur ses poursuivants.

"J'ai perdu de l'adhérence pour terminer dans un mur de neige, nous avons de la chance de nous en être sortis", a expliqué le Norvégien.

A moins de 15 sec les uns des autres, ils étaient quatre samedi soir à pouvoir prétendre gravir la deuxième marche du podium: Mikkelsen, Lappi, le Belge Thierry Neuville (Hyundai) -victorieux l'année dernière en Suède- et le Britannique Elfyn Evans (M-Sport Ford).

"On va tout donner pour finir deuxième demain", a assuré Neuville, quatrième, à 2 sec et 3/10e de Mikkelsen et Lappi.

Le Finlandais Teemu Suninen, leader du classement provisoire après la première journée vendredi, a lui été contraint à l'abandon après avoir endommagé sa voiture partie en tête-à-queue dans l'ES14.

Plus tôt dans la matinée, au volant de sa M-Sport Ford, le pilote de 25 ans, alors au coude-à-coude avec Tänak (Toyota) pour la première place, était déjà parti à la faute dans l'ES10, terminant sa course dans un tas de neige.

- Ogier loin derrière -

Sébastien Ogier, actuellement en tête du championnat du monde après sa victoire à Monte-Carlo fin janvier, était à plus de 23 minutes de Tänak samedi soir.

Les chances de victoire du Français se sont envolées dès la première journée de vendredi, après une sortie de piste qui lui a valu un abandon pour la journée.

Samedi, Ogier et Julien Ingrassia, son copilote, sont repartis en vertu de la règle dite du Rally2 mais ont écopé d'une importante pénalité.

Le pilote Citroën est toutefois parvenu à signer deux temps scratchs samedi, et peut encore espérer briller lors de la power stage qui viendra clôturer la course dimanche midi - les points comptant pour le classement général.

"La journée s'est bien passée, c'est toujours différent quand il n'y a pas d'objectif et pas de bagarre", a-t-il déploré à l'issue de l'ES16.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.