EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Berlinale : l'Israélien Navid Lapid reçoit l'Ours d'or

Berlinale : l'Israélien Navid Lapid reçoit l'Ours d'or
Tous droits réservés Christoph Soeder/Pool via Reuters
Tous droits réservés Christoph Soeder/Pool via Reuters
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Français François Ozon décroche de son côté l'Ours d'argent pour "Grâce à Dieu", un film sur les abus sexuels sur mineurs dans l'Église catholique, dans le diocèse de Lyon en particulier.

PUBLICITÉ

C'est à "Synonyme", un film israélien qu'est revenu l'Ours d'or de la Berlinale. Le prix a été remis par Juliette Binoche à Navad Lapid. Le film raconte l'histoire d'un ancien soldat israélien qui rejette son identité nationale en arrivant à Paris. Une histoire inspirée du propre vécu du réalisateur. "La seule chose qui m'intéresse, finalement, c'est la vérité du moment, a expliqué le réalisateur. Trouver, creuser à l'intérieur du moment et aller le plus loin possible et c'est comme ça qu'on a travaillé."

L'ours d'argent est revenu au cinéaste français François Ozon pour son film "Grâce à Dieu" sur les abus sexuels sur mineurs au sein de l'Église catholique. "Laissez moi juste remercier Dieu !" a lancé le cinéaste. "C'est compliqué, je dois avouer que j'y repenserai la prochaine fois parce qu'il y a beaucoup de résistances, il y a beaucoup de réactions violentes, il y a des gens qui n'ont pas envie que ce film sorte, que ce film puisse être vu, donc c'est un combat permanent qui n'est rien par rapport à celui des vraies victimes."

Yong Mei est sacrée meilleure actrice et Wang Jingchun meilleur acteur pour leurs rôles dans le film "So long, my son" du réalisateur chinois Wang Xiaoshuai. Une saga familiale qui s'étale sur 30 ans.

Cette édition de la Berlinale était la dernière sous la direction de Dieter Kosslick. "Dans cette dernière édition de la Berlinale avec Dieter Kosslick comme directeur du festival, le jury de la compétition internationale a honoré des films avec un contenu politique ou social. Des films d'auteur engagés plutôt que du divertissement" conclut notre envoyé spécial Wolfgang Spindler.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Révélations sur le passé nazi du fondateur de la Berlinale

Ouverture de la 60ᵉ édition de la Biennale de Venise

De la peinture sur la dernière fresque londonienne de Banksy