DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Abus sexuels dans l'Eglise : "pas de révolution" à attendre

Anne-Lise Fantino, Euronews et Iacaopo Scaramuzzi, vaticaniste
Anne-Lise Fantino, Euronews et Iacaopo Scaramuzzi, vaticaniste
Taille du texte Aa Aa

Entretien avec Iacopo Scaramuzzi, correspondant de presse au Vatican à propos de la conférence sur les abus sexuels dans l'Église qui commence ce mercredi. Une conférence convoquée par le pape François.

Pourquoi le Vatican tarde-t-il tant à prendre des mesures radicales contre ces abus ?

Iacopo Scaramuzzi : _"C'est un problème mondial de l’Église catholique et ce n'est ce n'est pas un problème nouveau puisque la première fois qu'un tel scandale est sorti au niveau mondial remonte à des années. Il faut dire aussi que cela concerne toute l'Église catholique, et pas seulement le Vatican, parce que c'est quand même un problème qui concerne toutes les conférences épiscopales nationales. Tout le monde est en train de faire des pas en avant depuis plusieurs années. Des mesures ont déjà été prises depuis Benoit XVI, le pape précédent, et puis maintenant par François mais il est vrai d'autre progrès doivent encore être faits en particulier en matière de collaboration avec la justice civile et en matière de sanctions des évêques qui ne dénoncent pas ou qui couvrent les abus sexuels.
_

Comme je le disais, l'Église catholique est mondiale et il y a plusieurs sensibilités. Dans le passé il faut souligner que tout le monde a fait des erreurs concernant ces affaires d'abus sexuels, les progressistes comme les conservateurs, les évêques, les prêtres, les laïcs. La différence aujourd'hui se fait entre ceux qui ont appris la leçon et ceux qui continuent à ne pas vouloir admettre leurs erreurs. Je crois que le pape François après quelques incertitudes a pris la décision d'affronter avec courage ce problème. Il faut maintenant qu'il parvienne à convaincre toute l'Église à le suivre."

Cette conférence des évêques de cette semaine peut-elle réellement aboutir à des changements concrets ?

Iacopo Scaramuzzi : "Déjà si cette rencontre permet de sensibiliser toutes les conférences épiscopales mondiales, ce serait déjà un beau résultat. Il faut rappeler que c'est la première fois au Vatican que tous les présidents de toutes les conférences épiscopales du monde sont convoqués quatre jour (à Rome, NDLR) sur un thème tel que les abus sexuels. Maintenant il est clair que pas seulement les victimes, mais aussi beaucoup de catholiques et l'opinion publique s'attendent à des décisions concrètes.

_Mais peut-être que sur ce point il ne faut pas s'attendre à une révolution mais je pense qu'il est raisonnable de s'attendre quand même à une décision sur le thème de la collaboration avec la justice civile et sur le thème des évêques qui couvrent les affaires d'abus sexuels."
_

_Propos recueillis par Anne-Lise Fantino
_