DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Enquête sur le président du FC Nantes: la métropole se retire du projet de stade

Enquête sur le président du FC Nantes: la métropole se retire du projet de stade
Taille du texte Aa Aa

La métropole de Nantes se retire du projet de stade de foot du FC Nantes et ne vendra pas la parcelle prévue pour la nouvelle enceinte en raison d'une enquête préliminaire visant la situation fiscale du président du club Waldemar Kita, a-t-elle annoncé lundi.

"Sans préjuger évidemment des suites de cette enquête, il est clair que le projet ne pourra, en tout état de cause, pas se dérouler dans les délais envisagés, ni dans un climat serein, quelles qu’en soient les conclusions", a déclaré la métropole dans un communiqué.

Voté en décembre, le projet prévoyait la cession par la métropole d'un terrain public pour y construire un nouveau stade.

Mais l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet national financier (PNF) sur des soupçons de fraude fiscale visant Waldemar Kita, propriétaire du FC Nantes et porteur de ce projet controversé, "rend impossible la cession d'un terrain public à son profit", a ajouté la métropole.

"Johanna Rolland, maire de Nantes, présidente de Nantes métropole, a décidé d'y mettre un terme", précise le communiqué.

Mardi, des perquisitions avaient eu lieu au centre d'entraînement des Canaris, au siège parisien des laboratoires Vivacy, propriété de Kita, ainsi qu'au domicile de l'homme d'affaires dont le nom était apparu dans le scandale des Panama Papers.

Le projet de futur stade devait s'établir à proximité immédiate de celui de la Beaujoire, qui bénéficiera des "travaux d'entretien et d'amélioration tels qu'ils étaient initialement prévus", a précisé Nantes Métropole.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.