DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brésil: Lula autorisé à sortir de prison pour enterrer son petit-fils

Brésil: Lula autorisé à sortir de prison pour enterrer son petit-fils
Taille du texte Aa Aa

La justice brésilienne a autorisé vendredi l'ex-président Lula à sortir de prison pour assister aux obsèques de son petit fils décédé à l'âge de sept ans, a-t-on appris de source judiciaire.

Luiz Inácio Lula da Silva a été autorisé à quitter samedi le siège de la police fédérale de Curitiba, où il est incarcéré depuis avril 2018 pour corruption, pour se rendre aux funérailles à Sao Paulo. Un avion a été mis à sa disposition par le gouvernement de l'Etat du Parana, dont Curitiba est la capitale.

"La participation de Lula aux obsèques a été autorisée. Afin de préserver l'intimité de la famille et la sécurité non seulement du détenu mais aussi celle du public, les détails du voyage seront secrets", a annoncé le bureau de presse de la Justice fédérale du Parana.

Arthur Araújo Lula da Silva, fils de Sandro Luiz Lula da Silva, un des cinq fils de l'ex-président (2003-2010), sera inhumé samedi à 12h00 locales (15h00 GMT), à Sao Bernardo do Campo, près de Sao Paulo (sud-est), a expliqué le Parti des Travailleurs (PT), formation politique de l'icône de la gauche.

Le garçon de sept ans est mort des suites d'une méningite vendredi matin, dans un hôpital près de Sao Paulo. Il avait rendu visite deux fois à son grand-père en prison, à 400 km de là, au siège de la police fédérale de Curitiba.

M. Lula "est très triste, et dit qu'il ne s'était jamais attendu à une nouvelle comme celle-ci", a expliqué aux journalistes la présidente du PT, Gleisi Hoffmann, après avoir rendu visite à l'ex-président en prison. "Il est ému, abattu, il a pleuré plusieurs fois et nous avons essayé de le consoler".

Ce sera la deuxième fois que Lula sort de prison: en novembre, il avait quitté sa cellule pendant quelques heures pour se rendre à un interrogatoire à Curitiba.

Pour obtenir l'autorisation de faire ses adieux à son petit-fils, les avocats de Lula ont invoqué un article de la loi sur les exécutions de peine, qui dispose que les détenus peuvent sortir de prison sous escorte en cas de décès ou de maladie grave d'un membre de la famille proche.

- "Pure méchanceté" -

Mais l'ex-président n'avait pas pu assister aux obsèques de son frère Vava fin janvier, quand ce dernier était mort d'un cancer à 79 ans.

Sa demande avait été rejetée dans un premier temps par un juge de première instance, avant que le président de la Cour suprême ne lui accorde finalement l'autorisation, mais trop tardivement: les obsèques avaient déjà commencé.

"Ils ne m'ont pas laissé faire mes adieux à Vava par pure méchanceté", avait réagi l'ex-président, cité dans un communiqué du PT.

La police fédérale avait recommandé pour sa part de ne pas autoriser la sortie de Lula en invoquant des problèmes logistiques, déclarant notamment qu'elle ne disposait pas des moyens de sécurité nécessaires, étant donnée la notoriété de l'intéressé.

Lula, 73 ans, purge une peine de 12 ans et un mois de prison, pour avoir reçu un appartement en bord de mer de la part d'une entreprise de bâtiment en échange de faveurs dans l'attribution de marchés publics.

Le 6 février, il a été condamné à 12 ans et 11 mois de prison dans le cadre d'une autre affaire.

Également mis en cause dans d'autres dossiers, Lula a toujours clamé son innocence et se dit victime d'un complot pour l'empêcher de revenir au pouvoir.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.