DERNIERE MINUTE

Le discours tonitruant de Donald Trump contre les démocrates

Le discours tonitruant de Donald Trump contre les démocrates
Tous droits réservés
رویترز
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Cela ressemblait presque à un discours de pré-campagne. Accueilli sous un tonnerre d' applaudissements, Donald Trump a livré ce samedi une allocation de plus de deux heures, lors du grand rendez vous annuel des conservateurs, qui se tenait dans la banlieue de Washington.

Aucune référence au témoignage explosif de son ex-avocat Michael Cohen devant le Congrès cette semaine, qui a qualifié le président américain de "raciste", de "menteur" et de "tricheur", mais des critiques acerbes envers les démocrates.

"Socialisme"

Sans vrai fil conducteur, sautant d'une anecdote à l'autre, il a préféré se concentrer sur le grand thème du moment, brandissant la menace du "socialisme".

Pour lui, le "Green New Deal", projet démocrate pour combattre le changement climatique, "détruirait totalement l'économie américaine". "C'est simplement le plan le plus fou" qu'on ait jamais vu, a-t-il surenchéri.

"Le socialisme ce n'est pas l'environnement, ce n'est pas la justice, ce n'est pas la vertu", a taclé Donald Trump devant les conservateurs.

"Le socialisme c'est seulement une chose : c'est le pouvoir pour une classe dirigeante. Voilà ce que c'est. Regardez ce qui s'est passé au Venezuela et dans bien d'autres endroits. Nous sommes tous réunis ici car nous savons tous que l'avenir n'appartient pas à ceux qui croient au socialisme", a-t-il ajouté, sous les applaudissements nourris de l'assistance.

"De temps à autre, il faut marcher"

Quant au sommet sur le nucléaire nord-coréen, considéré comme un échec, Donald Trump a qualifié la rencontre de "très productive", même si l'accord proposé par le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un "ne me semblait pas acceptable.

"De temps à autre, il faut marcher", plutôt que courir, a-t-il dit pour commenter ce sommet qui s'est terminé prématurément, sans la déclaration commune prévue initialement.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.