DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Budapest veut poursuivre sa campagne de dénigrement de Bruxelles

Budapest veut poursuivre sa campagne de dénigrement de Bruxelles
Taille du texte Aa Aa

Les relations entre le Premier ministre hongrois Viktor Orban et les dirigeants d'institutions européennes sont décidément exécrables. Il y a eu une campagne d'affichage à Budapest, accusant le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker et le milliardaire George Soros d'être les promoteurs de l'immigration illégale. Une campagne que le gouvernement hongrois a décidé d'arrêter.

REUTERS/Tamas Kaszas

Mais une autre va commencer, ciblant cette fois, Frans Timmermans. C'est Viktor Orban lui-même qui l'a annoncé ce week-end, accusant le vice-président de la commission d'être complice de George Soros en matière d'immigration.

A Bruxelles, le vice-président de la commission Margaritis Schinas a rappelé ce lundi quelle était la ligne de conduite de la commission : « quelle que soit la cible de ces attaques, le président de la commission, le 1er vice-président, ou tout responsable de nos institutions, nous y répondrons point par point. et nous défendrons notre travail face à cette rhétorique mensongère. »

Les propos du gouvernement hongrois divisent au sein même de la droite européenne. Le PPE, le parti populaire européen, doit se réunir dans deux semaines pour éventuellement exclure de ses rangs le Fidesz, le parti de Viktor Orban.

ATTILA KISBENEDEK / AFP
Viktor Orban, le 10 février 2019ATTILA KISBENEDEK / AFP

Les relations entre les dirigeants européens et le gouvernement Orban sont tendues depuis plusieurs années, Bruxelles s'inquiétant d'une dérive jugée autoritaire du régime en place à Budapest.

- avec agences -