Rugby: les ligues française et anglaise opposées à un "Championnat des nations"

Rugby: les ligues française et anglaise opposées à un "Championnat des nations"
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2024 - Agence France-Presse.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2024 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.

La Ligue nationale de rugby (LNR) et son homologue anglaise Premiership Rugby (PRL), qui gèrent les championnats professionnels, ont déclaré lundi leur opposition au projet de World Rugby de créer un "Championnat des nations" à partir de 2022.

"La LNR et PRL regrettent que World Rugby n'implique pas toutes les parties prenantes dans la recherche d'un consensus, et elles ne peuvent donc que se réserver la possibilité de prendre toute mesure pour préserver leurs droits et compétitions", a indiqué la LNR dans un communiqué.

Les deux institutions avaient signé l'accord de San Francisco conclu en janvier 2017 sous l'égide de World Rugby, lequel garantissait la stabilité du calendrier international actuel jusqu'en 2032, les tournées estivales des sélections nationales étant simplement décalées de juin à juillet.

Or, "il semble que le projet de nouvelle compétition remette aujourd’hui en cause cet équilibre en augmentant le nombre de matches internationaux, notamment avec une séquence qui se prolongerait jusqu’en décembre, pouvant comprendre quatre ou cinq matches internationaux successifs, qui avait spécifiquement été rejetée concernant les compétitions internationales annuelles" a écrit la LNR.

World Rugby a précisé la semaine dernière les contours de son "Championnat des nations", qui verrait le jour à compter de 2022 et a pour but de relancer l'intérêt des fenêtres internationales d'été et d'automne en les intégrant, comme le Tournoi des six nations et le Rugby Championship à une compétition annuelle.

Les sélections de la première des trois divisions disputeraient onze matches par an, de février à novembre, avant une phase finale (demi-finales et finale) dans la foulée pour les quatre meilleures. Lesquelles joueraient donc quatre ou cinq rencontres (trois de saison régulière plus la phase finale) consécutives en novembre, ce qui "impacterait fortement les autres compétitions", selon le communiqué.

Cet enchaînement de rencontres a également soulevé de vives critiques de la part du syndicat international des joueurs (IRP), qui participe aux réunions menées cette semaine sur le projet par World Rugby à Dublin.

Son président, l'Irlandais Jonathan Sexton, a ainsi estimé fin février qu'il était porté "sans vraiment tenir compte" de l'avis des joueurs.

"Suggérer que les joueurs puissent disputer cinq test matches de très haut niveau plusieurs semaines consécutives en novembre est déconnecté de la réalité et montre le peu de compréhension des sollicitations physiques que cela induit", avait également lancé Sexton.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Judo : Riner sacré pour la huitième fois à Paris, Romane Dicko également en or

Clarisse Agbégnénou décroche sa septième victoire au Grand Chelem de Paris

Judo : avec trois médailles d'or à son actif, la France a brillé au Grand Slam de Paris