DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Exposition à Paris : trente ans de musique influencés par les migrations

Exposition à Paris : trente ans de musique influencés par les migrations
Taille du texte Aa Aa

Affiches, œuvres d'art et ambiance musicale venue des quatre coins du monde, l’exposition « Paris-Londres Music Migrations » retrace trente ans de musicalité conjuguée à une lutte politique.

Prenant place au Palais de la Porte Dorée à Paris, l’événement propose un voyage dans le temps quelque peu rythmé. De 1962 jusqu’à la fin des années 1980, Music Migrationsexplore la relation entre mélodie et combat contre le racisme.

La musique, un outil d’activisme politique

Arrivées au début des années 60, les vagues migratoires venues des colonies débarquent en Europe emportant avec elles leur musique. Reggae, blues ou encore raï vintage, toutes ces sonorités façonnent peu à peu la vie urbaine. Pour Stéphane Malfettes, commissaire de l'exposition : "o_n va raconter comment l'immigration, dans ces deux capitales, a apporté de nouvelles musiques, de nouvelles façons de vivre, de s'emparer de la ville, et qui ont finalement transformé Paris et Londres"._

Les deux métropoles européennes ont donc évolué, en partie, grâce à ces générations d’immigrés arrivant d'anciennes colonies avec leur histoire et leur culture. A cette occasion, trois décennies de rythme, swing et percussions pour faire entendre les droits de ces immigrés ont donc été recréées.

Plus de 600 documents ont été collectés pour donner vie à cette rétrospective : instruments, costumes ou encore photographies, le visiteur est invité à vivre une expérience aussi visuelle qu’auditive. Traversant les époques et les rythmes, la playlist de l’exposition réalise un tour d’horizon de ces années de combat politique.

Un contexte d'actualité

Débutant ce mardi 12 mars, l’exposition se tiendra jusqu’en janvier 2020. Misant sur la diversité et le vivre-ensemble, l’événement arrive à point nommé dans une Europe où les nations ferment peu à peu leurs frontières et à quelques semaines du Brexit.