DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Eau potable : un défi mondial à horizon 2030

Eau potable : un défi mondial à horizon 2030
Taille du texte Aa Aa

Ce geste simple dans les pays développés est un rêve inaccessible pour beaucoup et la situation devrait encore s'aggraver dans les années à venir. Aujourd'hui 2,1 milliards de personnes ne disposent pas d'eau potable chez elles. D'ici à 2050, la demande mondiale en eau devrait augmenter de 20 à 30% par rapport au niveau actuel, alors que dans le même temps, l'eau va se raréfier.

A l'occasion de la journée mondiale de l'eau, l'ONU eau et l'UNESCO publient leur rapport annuel et dresse le bilan des oubliés. Parmi les problèmes relevés : l'accès insuffisant à une eau potable de qualité et le manque de services d'assainissement des eaux usées.

Deux facteurs qui coûtent cher en vie humaine. Chaque année, 780.000 décès sont causés par la dysenterie et le choléra. C'est bien plus que les victimes de conflits, de séismes et d'épidémie, selon ce rapport.

Les sources de pollution de l'eau dans le monde sont variées : pesticides ou nitrates issus de l'agriculture, matières fécales mais aussi "polluants émergents" comme les résidus de médicaments.

D'une région du monde à l'autre, les situations divergent. Pourtant, les plus démunis sont le plus assujettis à cette discrimination sur l' accès à l'eau. Autre constat : les femmes sont souvent désavantagées. Dans les milieux ruraux, il leur revient de manière disproportionné la charge non rémunérée et non reconnu d'aller chercher l'eau.

Le rapport évoque aussi la situation particulière des réfugiés qui se heurtent souvent à des obstacles pour accéder aux services élémentaires en approvisionnement en eau. Il y a donc urgence à agir si l'ONU veut honorer l'objectif ambitieux qu'elle a fixé. Que tout le monde ait accès à l'eau potable à un coût abordable et à l'assainissement en 2030.