DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: Strasbourg retarde la fête du PSG

Ligue 1: Strasbourg retarde la fête du PSG
Taille du texte Aa Aa

Lille a ouvert un boulevard vers le titre, mais le PSG avec une attaque expérimentale et une défense à trous a été freiné dimanche par Strasbourg (2-2). Pour Paris, ce n'est qu'un contre-temps avant le couronnement en Ligue 1.

Les champions de France en titre pourront sécuriser leur titre dès dimanche prochain à Lille, où un match nul leur suffira lors de la 32e journée.

En étant accroché à Reims (1-1) dimanche après-midi, le dauphin lillois avait mis le PSG sur les rails d'un huitième sacre national, le sixième depuis le début de l'ère qatarie en 2011.

Une victoire suffisait aux hommes de Thomas Tuchel, mais elle leur a échappé au Parc pour la première fois de la saison en championnat, après 15 succès de rang à domicile.

Sans les absents de longue durée Neymar et Edinson Cavani, ni Kylian Mbappé ménagé au coup d'envoi, l'entraîneur allemand a bricolé une attaque expérimentale avec Eric Choupo-Moting et Christopher Nkunku, devant la paire de milieux Marco Verratti et Leandro Paredes.

L'ouverture du score est d'ailleurs venue d'une sublime passe en profondeur de l'Argentin, unique recrue du mercato hivernal, qui a cassé les lignes pour trouver Colin Dagba sur le côté droit. Le jeune défenseur de 20 ans a centré pour Choupo-Moting (13e), auteur de son 3e but en L1, le premier au Parc!

- Choupo-Moting se troue -

De héros, l'ex-attaquant de Stoke s'est transformé en zéro quelques minutes plus tard, en arrêtant sur la ligne de but strasbourgeoise un joli ballon piqué de son partenaire Christopher Nkunku...

"Désolé pour ça", a réagi le Camerounais sur Canal+: "Je touche le ballon, ça va sur le poteau et, bon, c'est très dommage parce que le ballon entrait normalement". "Il a fait ça et je ne sais pas pourquoi...", s'est lamenté son entraîneur en pointant un "manque de confiance" de la doublure de Cavani.

Les Parisiens ont payé cher son incroyable maladresse, accueillie avec stupeur par Mbappé depuis le banc de touche, selon les images de Canal Plus devenues virales sur Internet.

Car Strasbourg, qui avait déjà tenu tête au PSG lors de la phase aller (1-1 à La Meinau, 3 nuls parisiens seulement en L1), a profité des largesses défensives adverses pour renverser la situation.

Nuno Da Costa, seul au point de penalty, avait juste avant ce loupé repris un centre en retrait de Lionel Carole (26e), avant qu'Anthony Gonçalves ne mystifie Gianluigi Buffon d'une frappe de l'extérieur du pied et de la surface (38e).

Les fidèles du Parc ont copieusement hué le milieu alsacien, connu à Paris pour la polémique qui l'avait opposé à Neymar le 23 janvier en Coupe de France.

- Mbappé, entrée sans frapper -

"Neymar, c'est son style, mais quand tu veux jouer comme ça, viens pas te plaindre si tu prends des coups derrière (...) Il peut s'amuser mais qu'il vienne pas chouiner après", avait déclaré Gonçalves après la rencontre contre le PSG, lors de laquelle la superstar brésilienne s'était blessée au pied droit. Le N.10 de la Seleçao n'a pas rejoué depuis.

Exclu à l'heure de jeu pour s'être emporté contre l'arbitre, Tuchel a rejoint les tribunes non sans faire entrer, au préalable, son "requin" Mbappé en même temps que Julian Draxler.

Le jeune champion du monde a redynamisé l'attaque par ses dribbles et accélérations, a centré pour Dani Alves qui a trouvé la barre transversale (69e) puis a forcé le gardien strasbourgeois à dégager en catastrophe une frappe après un raid en solitaire sur l'aile gauche.

Sur le corner qui a suivi, Draxler a déposé la balle sur la tête du nouvel entrant Thilo Kehrer (82e) pour l'égalisation. Les Parisiens ont poussé jusqu'au bout mais cela n'a pas suffi pour faire plier le récent vainqueur de la Coupe de la Ligue.

"On a vendu cher notre peau, les garçons se sont battus et n'ont rien lâché", s'est félicité l'entraîneur de Strasbourg Thierry Laurey, pour qui "il y avait matière à faire mieux" cependant.

Eliminé dès les quarts de finale de Coupe de la Ligue mais vainqueur du Trophée des champions début août, Paris reste en course pour un triplé national, avec la finale de la Coupe de France à jouer le 27 avril contre Rennes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.