DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le potentiel du silicium et du bore pour stocker de l'énergie

Le potentiel du silicium et du bore pour stocker de l'énergie
Taille du texte Aa Aa

En marge d'une édition de Futuris consacrée au projet de recherche européen AMADEUS, nous interrogeons l'une des scientifiques participantes sur le défi de parvenir à stocker de l'énergie par chaleur latente.

Dans un laboratoire de Trondheim en Norvège, des chercheurs impliqués dans le projet AMADEUS veulent déterminer si la fusion des métaux peut être utilisée pour produire des batteries qui stockent de l'énergie par chaleur latente à des températures pouvant aller jusqu'à 2000 degrés.

Quels matériaux faut-il employer ? Quels défis pose l'ensemble du processus ?

Le potentiel du silicium et du bore

Nous avons posé la question à Merete Tangstad, spécialiste des matériaux à l'Université norvégienne de sciences et de technologie (NTNU).

"Le silicium et le bore font partie des éléments qui ont la plus grande différence d'énergie entre les états liquides et solide, donc ce sont ceux que nous avons utilisés en premier," fait-elle remarquer.

"Mais il y a beaucoup de questions à résoudre quand on utilise uniquement ces deux éléments et l'une d'elles tient au fait que quand le silicium passe de l'état liquide à l'état solide, son volume augmente, exactement comme l'eau," précise la scientifique.

Limiter l'augmentation de volume

"L'eau et le silicium font, en fait, partie des rares corps qui occupent un plus grand volume quand ils se solidifient," renchérit-elle.

"Donc quand le silicium augmente de volume, il peut casser son contenant : c'est pour cela que nous mélangeons le silicium avec d'autres éléments pour réduire son expansion lors de sa solidification," indique-t-elle enfin.