Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gilets jaunes : dans l'attente des réponses du président français

Emmanuel Macron, lors d'une réunion publique, le 24/01/2019
Emmanuel Macron, lors d'une réunion publique, le 24/01/2019
Taille du texte Aa Aa

En France, Emmanuel Macron va-t-il trouver une issue à la crise des "Gilets jaunes" ? Voilà près de 5 mois que le président est confronté à ce mouvement inédit de contestation populaire.

Le grand Débat national, que l'exécutif a lancé en janvier, a permis de faire émerger un certain nombre d'idées.

Le chef de l'Etat, qui a lui même participé à de nombreuses réunions publiques, assure avoir écouté les Français.

Dans un tweet, ce dimanche soir, Emmanuel Macron a annoncé la suite, à savoir une allocution télévisée, ce soir à 20h.

Rien n'a filtré de ce qu'il allait annoncer, sinon qu'il va fixer des "chantiers d'actions prioritaires".

Des "chantiers d'actions prioritaires"

Si l'on se réfère aux revendications exprimés par les Gilets jaunes, il devrait être question de fiscalité, peut-être une baisse de la TVA, peut-être une modification de l'impôt sur le revenu. Mais a priori, pour l’Élysée, pas question de rétablir l'Impôt sur la fortune.

Le chef de l’État est également attendu par les retraités qui souhaiteraient un geste en leur faveur. Selon un sondage Ifop publié par le JDD, 88% des Français veulent réindexer les petites retraites sur l'inflation.

Emmanuel Macron pourrait aussi annoncer des réformes institutionnelles : introduire une dose supplémentaire de proportionnelle aux élections, prendre en compte le vote blanc ou encore faciliter le recours au référendum d'initiative populaire.

Est-ce que cela suffira pour apaiser le mécontentement qui s'exprime chaque samedi depuis le 17 novembre dans les villes de France ?

Les observateurs préviennent : "pas question de décevoir, car il n'y aura pas de 2ème chance".

- avec agences -