DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Qu'est-ce que la conscience ? Vaste question !

Qu'est-ce que la conscience ? Vaste question !
Taille du texte Aa Aa

En marge d'une édition de Futuris consacrée au projet de recherche européen Luminous qui vise à déterminer si l'on peut mesurer et donc stimuler la conscience de patients sortis du coma, nous interrogeons l'un des spécialistes impliqués sur sa définition de la conscience.

Qu'est-ce que la conscience ? Une question âprement débattue tant au plan éthique que religieux. Mais que dit la science ? L'un des plus éminents neurologues et spécialistes des sciences cognitives en Europe qui participe au projet de recherche européen Luminous nous donne son point de vue.

Steven Laureys, neurologue du Centre hospitalier universitaire de Liège et directeur de recherche au sein du Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS, précise :

"Je ne sais pas ce qu'est la conscience. Historiquement, c'était du domaine des religions et de la philosophie. Ce n'est que récemment que nous avons eu les outils, les scanners cérébraux qui nous permettent de voir dans un cerveau en action," fait-il remarquer.

"Nous avons apporté des éléments pour comprendre le réseau de la conscience"

"Mais c'est encore très difficile de combler ce fossé entre ce que l'on pense en général de tout cela et ce que moi, en tant qu'observateur muni de toutes ces machines puissantes, je peux observer," constate-t-il.

"Je crois sincèrement qu'avec l'équipe, nous avons apporté des éléments pour comprendre ce qu'on appelle 'le réseau de la conscience'," poursuit le neurologue.

"Donc prenons une impression 3D d'un cerveau," dit-il en prenant une maquette. "On voit ici un réseau très étendu - un dans chaque hémisphère - qui selon nous, est essentiel pour qu'on puisse percevoir notre environnement : tout ce qu'on entend, qu'on voit et qu'on sent : c'est la conscience externe," décrit-il.

"Mieux prendre soin des patients"

"Et puis, à cet endroit, il y a un autre réseau étendu qui est important pour la conscience interne : c'est cette petite voix qui nous parle, qui nous permet de faire des rêves éveillés, d'avoir des représentations mentales," montre Steven Laureys.

"Donc ces deux réseaux - externe et sensoriel d'un côté et interne de l'autre avec ce discours intérieur - semblent avoir une importance cruciale et ils sont aujourd'hui mesurés chez des patients qui ont des lésions cérébrales graves ; donc cela nous permet de mieux prendre soin d'eux," fait-il remarquer.