Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Les manifestants soudanais déterminés à obtenir un pouvoir civil

Les manifestants soudanais déterminés à obtenir un pouvoir civil
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des milliers de manifestants soudanais ont accompli la prière hebdomadaire musulmane du vendredi devant le QG de l’armée à Khartoum, poursuivant leur sit-in pour obtenir le transfert du pouvoir par l’armée à une administration civile.

Depuis le 6 avril, les manifestants sont rassemblés jour et nuit devant ce QG, dans le prolongement d’un mouvement de protestation déclenché le 19 décembre pour dénoncer initialement le triplement du prix du pain dans ce pays confronté à une crise économique, avant de se muer en contestation contre le président Omar el-Béchir.

Sous la pression de la rue, ce dernier a été destitué le 11 avril par l’armée après près de 30 ans au pouvoir et un Conseil militaire de transition a pris le pouvoir pour deux ans. Les manifestants réclament aujourd’hui le transfert du pouvoir à une autorité civile.

Bravant une chaleur accablante, les manifestants étaient nombreux, a constaté un journaliste de l’AFP. “Liberté, liberté”, ont ils scandé durant le prêche dirigé par cheikh Mater Younes, un militant originaire de la région en conflit du Darfour (ouest).

“Nous ne nous retirerons pas avant que nos demandes d’un gouvernement civil ne soient satisfaites”, a affirmé cheikh Younes, appelant à punir les “symboles” du régime de Béchir qui doivent selon lui être jugés de façon “équitable et transparente”. “Sang pour sang, nous n’accepterons pas de compensation”, a répondu la foule.

“Nous voulons dire à l’armée qu’ils sont les fils de la nation, mais que leur rôle est de protéger le pays”, a poursuivi le cheikh.

“Pour un gouvernement civil libéré de tout militaire”, pouvait-on lire sur une banderole alors que des groupes de contestataires sont venus de l’Etat de Sennar (sud-est), pour rejoindre la foule.

- “Tous le Darfour” –

“Ma famille habite dans un camp (de déplacés) à Kalma’, au Darfour, et “je suis là depuis le 6 avril”, a confié Haroun Adam, un manifestant. “Je suis prêt à rester ici encore un an, jusqu‘à ce que notre demande principale soit satisfaite: mise en place d’un gouvernement civil et punition de tous ceux ayant commis des crimes”.

“Un, deux, trois, quatre, nous sommes tous le Darfour”, ont scandé les contestataires derrière lui.

M. Béchir est recherché par la Cour pénale internationale à la suite d’accusations de génocide et de crimes de guerre au Darfour (ouest) où des insurgés issus de minorités ethniques, s’estimant marginalisés, ont pris les armes en 2003 contre le pouvoir de Khartoum, aux mains de la majorité arabe.

Ce conflit a fait près de 300.000 morts tandis que 2,5 millions de personnes ont été déplacées, selon l’ONU.

Dans une mosquée dans le sud de Khartoum, un imam réputé très conservateur, Abdelhaï Youssef, a appelé de son côté à un rassemblement lundi pour protéger la loi islamique (charia).

“Ils veulent écrire une constitution séculaire, mais nous allons protéger la charia”, a-t-il déclaré.

Jeudi, des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés devant le QG de l’armée à l’appel des leaders de la contestation.

Dirigé par le général Abdel Fattah al-Burhane, le Conseil militaire a jusqu‘à présent résisté aux appels à céder le pouvoir, y compris ceux de la communauté internationale. Trois des dix membres du Conseil militaire ont toutefois démissionné mercredi sous la pression de la rue.

Face à une contestation qui va crescendo, le Conseil militaire a annoncé mercredi avoir conclu un “accord” avec l’l‘Alliance pour la liberté et le changement (ALC) “sur la plupart des exigences présentées” par cette coalition qui regroupe les principales formations du mouvement de protestation.

L’ALC a elle annoncé la mise en place d’un “comité conjoint” pour “discuter des problèmes en suspens” et parlé d’une étape vers un “renforcement de la confiance”.

Washington a dit appuyer “la demande légitime” des Soudanais d’un gouvernement dirigé par des civils. Plusieurs pays africains réunis mardi chez le voisin égyptien ont accordé trois mois au Conseil militaire pour assurer une “transition pacifique et démocratique”.

Réagissant à la déclaration du Caire, des Soudanais ont protesté jeudi devant le consulat et l’ambassade d’Egypte à Khartoum.

Le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine avait menacé le 15 avril de suspendre Khartoum si l’armée ne quittait pas le pouvoir d’ici 15 jours au profit d’une “autorité politique civile”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.