Rome et Budapest partenaires dans la lutte anti-migrants ?

Rome et Budapest partenaires dans la lutte anti-migrants ?
Tous droits réservés 
Par Récit Sandrine Delorme avec AFP, Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Matteo Salvini et Viktor Orban se mettent en scène dans un mirador, le long de la barrière anti-migrants érigée par Budapest... Ils souhaitent coopérer pour lutter contre l'immigration au niveau européen

PUBLICITÉ

Le long de la barrière anti-migrants dressée par Budapest il y a bientôt 4 ans, Matteo Salvini et Viktor Orban, deux représentants de pays européens montent dans un mirador... Des images qui illustrent bien ce qui unit la Hongrie et l’Italie, la lutte contre l'immigration. Les deux hommes entendent monter une alliance de partis anti-immigration en Europe après les élections européennes.

"Nous voulons que le parti populaire européen, qui est divisé sur le sujet, collabore avec les forces anti-immigration. Mais, à ce jour, la vision stratégique que je représente au PPE est minoritaire" a expliqué Orban, suspendu depuis mars du PPE pour dérapages europhobes.

Quant à Matteo Salvini, patron de l'extrême droite italienne, n°2 du gouvernement il a aussi redit son souhait de travailler avec le Premier ministre hongrois sur l'immigration, son cheval de bataille et bouc émissaire :

"Le problème n'est pas de redistribuer les migrants en Europe, le problème est d'avoir une Europe qui protège ses frontières terrestre et maritimes."

Viktor Orban a même ajouté qu'il serait difficile à son parti, le Fidesz, de trouver sa place au parlement européen si le PPE n'allait pas dans le sens d'une collaboration avec des partis comme la Ligue du nord. La semaine prochaine, il doit recevoir un autre leader d'extrême-droite, le vice-chancelier autrichien Heinz-Christian Strache, président du FPÖ, le parti de la Liberté d'Autriche.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’avertissement de Jean-Claude Juncker

Un rare débat public avec le gouvernement hongrois

La Hongrie rejette l'idée de voir "des ghettos de migrants" sur son sol