Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Niger: 58 morts dans l'explosion d'un camion-citerne à Niamey

Niger: 58 morts dans l'explosion d'un camion-citerne à Niamey
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Cinquante-huit personnes ont été tuées et une quarantaine blessées dans la nuit de dimanche à lundi à Niamey, par l’explosion d’un camion-citerne qui s‘était renversé, attirant des badauds voulant récupérer l’essence qui en coulait.

“Cette explosion, intervenue lundi aux environs de 01h00 (locale et GMT), a fait 58 morts dont 55 sur place, et trois ayant succombé des suites de leurs blessures”, a annoncé la présidence nigérienne dans un communiqué.

Un précédent bilan faisait état de 55 morts.

Selon des témoins interrogés par un journaliste de l’AFP, le camion s’est renversé sur les voies de chemin de fer à la sortie de la ville, à quelques centaines de mètres de l’aéroport international de Niamey qui n’a pas été affecté.

“Quand je suis sortie, j’ai vu le camion couché. Les gens sont venus de toutes parts pour prendre l’essence. Puis j’ai vu un feu sur le côté et tout s’est embrasé”, a affirmé une collégienne sur place lundi matin à l’AFP.

“Il y avait des motocyclistes et des gens autour du camion quand le feu a surgi de nulle part et ça a fait boum. J’ai vu au moins 40 morts”, a assuré un commerçant.

Lundi matin, le camion calciné et couché sur son flanc était toujours visible alors que des policiers ramassaient des débris et des motos brulés sur la route. Des maisons avoisinantes ont été touchées par les flammes.

- Moteur de moto pas éteint –

L’explosion s’est produite sur la RN1 qui sort de Niamey en direction du Sud-Est. Un dépôt de carburant, d’où venait probablement le camion, se trouve quelques centaines de mètres plus loin.

“Le président nigérien, Mahamadou Issoufou, s’est rendu au chevet des blessés à l’hôpital national de Niamey”, selon le compte twitter de la présidence.

Le Premier ministre Brigi Rafini et le ministre de l’Intérieur Mohamed Bazoum se sont rendus sur les lieux de l’explosion dans la matinée.

“Je suis en proie à un sentiment d’affliction totale, ce qui s’est passé est un véritable drame”, a déclaré M. Bazoum à la radio nationale.

“Un camion citerne chargé d’essence a eu quelques difficultés pour se garer, il dû se renverser et l’essence s’est mise à couler. Des personnes nombreuses, parfois à motos sont venues pour siphonner l’essence, malheureusement l’un des motocyclistes n’a pas éteint le moteur de sa moto… Il y a dû avoir une étincelle qui a provoqué une déflagration, un souffle très fort”, a avancé le ministre.

“Malheureusement il y a (…) 37 blessés dont la plupart dans un état très grave, des brûlures de deuxième et troisième degrés, qui ont été acheminés dans différents hôpitaux de Niamey et seront pris en charge par le gouvernement”, a-t-il précisé.

“Il y a des corps qui sont littéralement calcinés, ce sont malheureusement les plus nombreux sur lesquels il est difficile de faire un travail (d’identification). Il y a en revanche des corps dont l‘état pourrait permettre une certaine identification et la police judiciaire en rapport avec les chefs de quartiers de la zone vont s’atteler à cette identification”, a-t-il conclu.

Des accidents similaires ont déjà fait des centaines de morts au Nigeria et au Cameroun notamment. Au Niger, ils n’avaient jamais eu une telle ampleur.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.