Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Rapatriement d'enfants de djihadistes : la France attaquée au niveau européen

Enfants sortant leurs têtes d'une tente dans le camp d'Al-Hol
Enfants sortant leurs têtes d'une tente dans le camp d'Al-Hol -
Tous droits réservés
REUTERS/Ali Hashisho
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'Etat français attaqué devant la cour européenne des droits de l'homme. Des grands-parents ont déposé une requête car les autorités refusent de rapatrier leur petits enfants de 3 et 4 ans et leur mère djihadiste en France.

Selon leurs avocats, Paris expose sciemment et délibérément ces Français à des traitements inhumains et dégradant, violant la convention européenne des droits de l'homme. Ils réclament à la CEDH un traitement prioritaire.

Les deux enfants et leurs mère ont tous trois été blessés dans la bataille de Baghouz, dernier réduit du groupe Etat islamique en Syrie. Malades, ils vivent depuis trois mois dans le camp de réfugiés d'Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, où 12 000 étrangers de familles djihadistes sont étroitement surveillés, parmi plus de 73 000 personnes.

Les avocats des grands-parents affirment que les deux enfants "sont exposés à la maladie, souffrent de malnutrition et de dysenterie. Leur mère (...) très amaigrie, souffre d'une fièvre typhoïde sévère qui n'est pas soignée".

Toujours selon les avocats, La mère, visée par un mandat d'arrêt d'une juge antiterroriste française, a "confirmé sa volonté de voir rapatrier ses enfants (...) et souhaite assumer sa responsabilité pénale sur le territoire français".

Jusqu'ici le gouvernement français n'a accepté de rapatrier les enfants de djihadistes qu'au "cas par cas" : seulement 6 vivent désormais sur le sol français, dont 5 orphelins.