DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sur la route des européennes : halte dans un village hongrois

Sur la route des européennes : halte dans un village hongrois
Taille du texte Aa Aa

Notre Road Trip nous mène aujourd'hui de la Roumanie à Asotthalom, une zone rurale de Hongrie frappée de plein fouet par la crise migratoire de 2015. Cette communauté rurale tranquille était habituée à voir parfois des migrants se cacher dans les bois, puis les a vus affluer massivement.

Janos Toth, agriculteur se souvient très bien du début de cette période :

"Ils étaient 16. Deux se sont avancés dans la cour et ont demandé de l'eau. Je leur ai dit qu'ils pouvaient avoir de l'eau. Ils sont venus, ils ont fait la queue et ont commencé à pomper l'eau. Au début je pompais puis ils ont pris le relais. Ils ont bu à peu près un litre d'eau par personne ce qui fait beaucoup. Et puis c'est tout. Ce n'était pas un problème. C'est normal de donner à manger et à boire à ceux qui en ont besoin."

"Est-ce qu'ils ont volé ou dégradé des choses ?" lui demande le journaliste Gabor Tanacs.

"Pas vraiment, pas ici. Il y a eu peu de dégâts. Ils ont piétiné quelques plantes, ils ne faisaient pas attention où ils marchaient, un peu comme des animaux , je veux dire comme des moutons ou d'autres animaux qui ne font pas attention à ce qu'ils font. Si une barrière était sur le chemin, ils la faisaient tomber. C'était plus embêtant qu'un réel problème."

Pour régler ce problème, la Hongrie a mis au point cette barrière anti-migrants avec mirador et rondes.

Le gardien de la collectivité, Tamas Szalma, nous explique que les fermiers étaient compatissants jusqu'à ce que des Kosovars et des Syriens arrivent avec leur famille. Au plus fort de la crise, quelque chose a changé.

"Quand ils ont commencé à marcher sur les routes, par groupes de 30 ou 40 hommes en âge de faire l'armée, les gens ont commencé à se poser des questions. Est-ce que c'est bon pour nous. Ce n'était plus des familles avec des enfants réclamant de l'eau. C'est le moment où les gens ont commencé à être très vigilants."

Bien que son travail soit de protéger les récoltes, Tamas aspire à protéger la frontière.

"Cette année, nous avons réussi à capturer quelques migrants, même si ce n'est pas notre travail. Mais à partir du moment où ils franchissent la frontière, ils commettent un crime. Et un garde civil se doit d'arrêter un criminel en flagrant délit. N'importe qui est autorisé à retenir une personne, mais pour un garde civil c'est un devoir."

La vie est redevenue normale dans la communauté, mais ce qui s'est produit il y a quatre ans pèse toujours sur la politique européenne.