Européennes 2019 : des sorcières combattent la corruption en Roumanie

Européennes 2019 : des sorcières combattent la corruption en Roumanie
Taille du texte Aa Aa

Alors que les Roumains s'apprêtent à se rendre aux urnes pour les élections européennes, un groupe de sorcières s'affaire loin des regards. Ces femmes sont en train de peaufiner leurs potions pour s’assurer que seuls les “bons” candidats obtiendront des sièges le 26 mai, le jour du scrutin en Roumanie.

Nous nous sommes entretenus avec Mihaela Minca, l'une de ces femmes douées pour la magie, qu’elle soit blanche ou noire…

"Nous préparons une potion très puissante pour le 25 mai. Une fois cette dernière terminée, mes filles iront la jeter par-dessus l’enceinte du bâtiment du gouvernement roumain", nous explique-t-elle.

"Ce filtre magique éclairera et clarifiera l'esprit de nos politiciens pour qu'ils prennent les bonnes décisions pour le peuple roumain", espère-t-elle.

Depuis le 9 mai, ces sorcières se retrouvent chaque jour au coucher du soleil, à minuit et à l’aube pour accomplir des rituels ancestraux et donner vie à la fameuse potion, qui selon des sources forcément obscures, contiendrait des traces d'animaux, de bougies et de fleurs.

Habituellement Mihaela est sollicitée pour régler des problèmes d'amour ou d'argent. Elle ne s'est que très récemment tournée vers les maux qui rongent son pays. Elle a ainsi rejoint un cercle de sorcières qui jettent des sorts sur les hommes politiques qu'elles jugent corrompus.

"Nous avons réalisé deux rituels spéciaux destinés aux politiciens roumains. Un rituel de magie blanche pour éclairer leurs esprits et pour qu'ils fassent de bonnes choses pour la Roumanie. Et un autre de magie noire pour les politiciens qui ne tiennent pas leurs paroles. Et croyez-moi, grâce à notre travail, ils auront des problèmes !", tonne la sorcière.

"S'ils agissent contre les Roumains, volent ou plongent le pays dans la pauvreté, alors ils iront en prison ou ils auront des problèmes de santé. Nous agissons pour le bien. Notre magie noire n'affectera que ceux qui ne sont pas bien intentionnés”, ajoute Mihaela.

La sorcellerie, vieille tradition populaire, est très vivace en Roumanie, comme dans d’autres pays d'Europe de l'Est. En 2015, le gouvernement roumain a même décidé que sa pratique serait dorénavant imposable. Depuis, diseurs de bonne aventure, tireuses de tarot ou autre sorciers payent des impôts comme tout un chacun. Toutefois, un permis est requis pour pratiquer ces savoirs transmis de génération en génération.

Des sorcières connectées

Si Mihaela et ses filles se tournent essentiellement vers un savoir inscrit dans un profond passé pour jeter leurs sorts, elle ne délaissent absolument pas le présent. Le web est ainsi devenu un allié de poids pour mener à bien leurs desseins. En étant en ligne, les sorcières peuvent ainsi offrir leurs services au plus grand nombre.

"Si notre pratique reste la même, nous pouvons maintenant être en contact avec des clients d'autres pays. Les personnes ayant besoin de notre aide ont juste à nous envoyer leurs noms, quelques photos ainsi que leurs profils. Il nous suffit ensuite de les trouver sur Facebook pour lancer nos sortilèges", nous confie enfin Mihaela.

Si le cœur vous en dit...