Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'ancien chef politique de l'ETA détenu à Sallanches

Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L’ancien chef politique de l’organisation séparatiste basque ETA, Jose Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, se trouvait jeudi dans les locaux de la gendarmerie de Sallanches (Haute-Savoie), après avoir été arrêté à l’aube près de l’hôpital de la ville au terme d’une cavale de plus de 16 ans, a-t-on appris auprès des gendarmes.

Il devait être conduit dans l’après-midi devant le procureur de Bonneville puis devant le juge des libertés et de la détention du même tribunal, ont indiqué les mêmes sources.

S’agissant de faits relevants du terrorisme, le procureur de Bonneville se dessaisira sans doute rapidement au profit de celui de Paris, a-t-on indiqué de source proche de l’enquête.

Plus connu sous le nom de Josu Ternera, il était en cavale depuis 2002. Le tribunal correctionnel de Paris l’avait condamné en son absence, le 1er juin 2017, pour “participation à une association de malfaiteurs terroriste”.

Très influent dans l’organisation, il avait enregistré la “déclaration finale” par laquelle l’ETA annonçait sa dissolution définitive en mai 2018.

Jose Antonio Urrutikoetxea a été arrêté jeudi vers 07H00 sur un parking de cet hôpital général situé au pied des majestueuses aiguilles de Warens par les enquêteurs qui l’attendaient, a indiqué à l’AFP la chef d’escadron des gendarmes de Chamonix Sarah Chelpi.

Il s’y rendait pour un rendez-vous médical accompagné d’un ami qui a aussi été interpellé, a précisé Mme Chelpi, ajoutant que l’arrestation s‘était déroulée sans heurt.

Une source judiciaire a précisé que l’opération a été menée en exécution d’un mandat d’arrêt le visant pour avoir été condamné en 2017 à 8 ans de prison en France.

Josu Ternera a d’abord été placé en rétention dans les locaux de la brigade de gendarmerie, avant d‘être admis à l’hôpital car il a demandé à être examiné par un médecin, a encore indiqué cette source.

Vers 14H00, il se trouvait de nouveau dans les locaux de la gendarmerie, selon une source proche de l’enquête, en attendant d‘être conduit à Bonneville.

Etant donné que la condamnation en 2017 a été prononcée en son absence, il a la possibilité de demander à être jugé à nouveau.

Chef historique de l’ETA de 1977 à 1992, élu député en 1998 d’Herri Batasuna (parti nationaliste radical) aujourd’hui dissous, Josu Ternera avait échappé à une précédente tentative d’arrestation en France en 2013.

Il était passé dans la clandestinité pour échapper aux poursuites pour son rôle dans un attentat contre une caserne de la Garde civile à Saragosse, dans le nord de l’Espagne, qui avait fait 11 morts dont cinq enfants en 1987.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.