Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Autriche: démission du vice-chancelier d'extrême droite au coeur d'un scandale

Taille du texte Aa Aa

Le vice-chancelier d'extrême droite autrichien Heinz-Christian Strache a annoncé samedi sa démission après la révélation d'une tentative de compromission en lien avec la Russie, un coup de tonnerre à une semaine des européennes concernant une des principales figures d'extrême droite du continent.

"J'ai remis au chancelier Sebastian Kurz ma démission des mes fonctions de vice-chancelier et il l'a acceptée", a annoncé M. Strache, 49 ans, lors d'une conférence de presse à Vienne. Il a également précisé quitter la tête du FPÖ, le parti qu'il dirige depuis 2005.

"J'ai fait une erreur et je ne veux pas que cela puisse fournir un prétexte pour affaiblir la coalition" formée en décembre 2017 avec les conservateurs de M. Kurz, a-t-il ajouté. M. Strache a dénoncé un "attentat politique ciblé" et assuré n'avoir commis "aucune irrégularité".

Cette annonce fait suite à la diffusion vendredi par des médias allemands d'extraits vidéo montrant notamment M. Strache disposé à offrir d'importants marchés publics à un oligarque russe en échange d'investissements dans le plus puissant journal du pays, Kronen Zeitung.

Cette vidéo a été tournée en caméra cachée lors d'une rencontre avec la pseudo-nièce de cet oligarque dans une villa d'Ibiza avant les législatives de 2017, un rendez-vous très arrosé organisé apparemment pour piéger le dirigeant autrichien.

M. Strache a dénoncé samedi une démarche relevant de la "perfidie" et a souligné que cette rencontre était restée sans lendemain.

Il a toutefois reconnu avoir eu "une attitude typique de macho provoquée par l'alcool" et a présenté ses excuses à sa femme, à son parti et à M. Kurz, disant s'être comporté "comme un adolescent" en ne contrôlant pas ses propos.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.