Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Notre système économique traite les gens et la planète comme s'ils étaient jetables"- Naomi Klein

"Notre système économique traite les gens et la planète comme s'ils étaient jetables"- Naomi Klein
Taille du texte Aa Aa

Journaliste, auteur à succès, et activiste, la Canadienne Naomi Klein est une inspiration pour les mouvements altermondialistes depuis son best-seller anticapitaliste "No Logo" paru en 2000. Nous l'avons rencontrée à Riccione, en Italie et nous l'avons interrogée sur la montée du populisme lors des récentes élections européennes.

"Je pense que la grande question à laquelle nous sommes confrontés est la suivante : cette colère déclenchée par 40 ans de néolibéralisme va-t-elle être dirigée vers les plus vulnérables et les moins responsables, ou contre les plus responsables ? Et nous avons des élites paniquées qui comprennent qu'elles ont besoin de diriger cela vers le bas, sinon cela va venir sur elles. "

Les Verts semblent profiter de la crise des partis traditionnels. Pour Naomi Klein, cela est dû au fait que les partis de gauche n'ont pas compris l'importance du changement climatique et de l'environnement :

"Le problème, c'est que beaucoup de ces partis verts ont remporté une sorte de vote de protestation et les gens se disent : "oh, ils sont verts, j’aime le vert, je veux faire quelque chose pour le climat", alors ils votent pour les verts qui n'ont souvent pas un programme économique vraiment solide. Ce n'est donc pas seulement une critique des partis de gauche, à quelques exceptions près. Les partis verts ne sont pas en position de diriger, alors je pense que les mouvements sociaux sont la variable la plus importante."

Des mouvements comme ''Fridays for Future'', principalement animés par des jeunes préoccupés par leur avenir. Dans son nouveau livre, qui doit paraître en septembre, l'auteure fait la promotion d'un New Deal vert :

"Je pense que les jeunes sont en train de faire comprendre à ces partis politiques qu’ils ne peuvent plus traiter la crise climatique comme un problème à énumérer à la fin de tout le reste, en l'oubliant peut-être la plupart du temps. Le but d'un New Deal vert, c'est qu'il n'y a pas une seule politique climatique, c'est une vision de la façon dont vous organisez une économie et une société pour qu'elle ne soit pas en guerre contre la vie sur Terre, et cela vaut pour le climat, pour nos océans, mais aussi pour la vie quotidienne des gens, car nous avons un système économique qui traite réellement les gens et la planète comme s'ils étaient jetables."