DERNIERE MINUTE

Hong Kong : l'exécutif reste inflexible sur l'extradition, malgré la contestation

Hong Kong : l'exécutif reste inflexible sur l'extradition, malgré la contestation
Tous droits réservés
REUTERS/Thomas Peter
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

A Hong Kong, les autorités restent sourdes à la contestation qui s'est exprimée ce dimanche dans la rue. La cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Lam, a réaffirmé ce lundi son engagement à adopter le projet de loi sur l'extradition. « L'examen du projet de loi, en seconde lecture, reprendra ce mercredi 12 juin, a-t-elle précisé face à la presse. Et nous appelons les membres du Conseil législatif, ainsi que diverses organisations de la société, à continuer de participer à la discussion de manière calme, rationnelle et pacifique. »

Ce texte cristallise les tensions. Il est censé permettre les extraditions entre autres, vers la Chine continentale. Le gouvernement affirme que ce texte viendra combler un vide juridique.

L'opposition, elle, redoute une utilisation politique des extraditions par Pékin.

Manifestation massive

Ce dimanche, des centaines de milliers de personnes avaient défilé dans le calme dans les rues de cette ancienne colonie britannique. Les organisateurs ont avancé le chiffre d'un million de manifestants.

Des heurts ont éclaté dans la soirée, entre plusieurs manifestants et les forces de l'ordre.

La défense des libertés

L'ex-colonie britannique est cependant depuis une dizaine d'années le théâtre d'une forte agitation politique en raison de l'inquiétude que génère l'ingérence grandissante de Pékin dans ses affaires intérieures et le sentiment que l'accord de rétrocession, et le fameux principe "Un pays, deux systèmes", ne sont plus respectés.

En 2014, les Hongkongais s'étaient massivement mobilisés pour réclament l'instauration du suffrage universel pour désigner le chef de l'exécutif. Une mobilisation qui n'avait pas porté ses fruits.

Les autorités chinoises n'ont pour l'heure fait aucun commentaire sur la manifestation de dimanche. Dans un éditorial, le quotidien étatique China Daily attribue les manifestations aux "forces étrangères".

- avec agences -

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.