Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brésil : Lula contre Moro

Sergio Moro et Lula Da Silva
Sergio Moro et Lula Da Silva
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Au Brésil, Lula accuse l'actuel ministre de la Justice d'être "un menteur". Dans une interview accordée depuis la prison où il est détenu, l'ex-président s'en prend à Sergio Moro, l'ancien juge anti-corruption, celui-là même qui l'a envoyé en prison.

J'ai toujours dit que Moro était un menteur. C'est un menteur. La première fois que j'ai témoigné - et cela a été enregistré - j'ai dit que Moro était en fait condamné à me condamner car le mensonge était allé trop loin.
Luiz Inacio Lula da Silva
ex-président brésilien

Lula et l'affaire "Lavage express"

Retour en arrière. 2017 : les révélations se multiplient sur des affaires de pots-de-vin, visant personnalités politiques et dirigeants économiques. C'est l'affaire "Lavage Express"

Fer de lance de cette opération anti-corruption : le juge Sergio Moro.

Il envoie derrière les barreaux Lula, l'ex-président, figure de la gauche.

Aux yeux de millions de Brésiliens, Sergio Moro est un héros.

Il devient ministre de la Justice du nouveau président Jaïr Bolsonaro.

Les révélations de The Intercept

Mais voilà qu'il y a quelques jours, un site d'investigation, The Intercept, publie des documents qui ternissent l'image de Sergio Moro. D'après ce site, en 2017, celui qui était alors juge il aurait outrepassé ses prérogatives en intervenant dans l'affaire Lula.

Il aurait ainsi fourni des conseils et des directives aux procureurs afin de charger le dossier, le but étant d'empêcher Lula de se présenter à l'élection présidentielle de 2018.

Questionné sur ces révélations, Sergio Moro a botté en touche. estimant qu'il n'y avait dans les messages publiés "rien de spécial".

Reste que cela fragilise sa position. D'autant que le site d'investigation promet de nouvelles révélations.

Plusieurs voix s'élèvent pour réclamer la démission de Sergio Moro. Pour l'heure, le président maintient sa confiance en son ministre de la Justice.

- avec agences -