Selon Mike Pompeo, "Trump ne veut pas la guerre" avec l'Iran

Selon Mike Pompeo, "Trump ne veut pas la guerre" avec l'Iran
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Lundi, les Etats-Unis ont annoncé l'envoi de 1000 soldats américains supplémentaires au Moyen-Orient.

PUBLICITÉ

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a rencontré mardi les responsables du commandement central du Pentagone, dans la ville de Tampa en Floride. L'occasion de faire le point sur l'annonce, la veille, de l'envoi de 1000 soldats américains supplémentaires au Moyen-Orient.

Selon le secrétaire d'Etat, cette décision doit servir à dissuader d'éventuelles agressions, et non pas à initier un conflit.

"Le président Trump ne veut pas la guerre, et nous allons continuer à communiquer ce message, tout en faisant le nécessaire pour protéger les intérêts américains dans la région ", a affirmé Mike Pompeo.

Mêmes déclarations du côté iranien : lors d'une allocution télévisée mardi, Hassan Rohani a affirmé que "l'Iran ne voulait faire la guerre à aucun pays". Le président iranien en a profité pour régler ses comptes avec l'administration Trump, ajoutant que "ceux qui font face à Téhéran ne sont pas des nations, mais un groupe de politiciens inexpérimentés".

La pression est encore montée d'un cran entre les deux pays, après les attaques la semaine dernière contre deux pétroliers américains en mer d'Oman.

Lundi soir, les Etats-Unis ont rendu publique une série de photos qui démontrent, selon Washington, la responsabilité de l'Iran dans cette attaque.

La communauté internationale redoute un affrontement militaire, et a appelé les deux pays au calme.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

États-Unis : Gaza s'invite dans la primaire démocrate du Michigan

États-Unis : Donald Trump a remporté samedi la primaire républicaine de Caroline du Sud

Donald Trump condamné à une amende de 355 millions de dollars pour fraudes financières