PUBLICITÉ

Détenue à Lampedusa, la capitaine du Sea-Watch risque 10 ans de prison

Détenue à Lampedusa, la capitaine du Sea-Watch risque 10 ans de prison
Tous droits réservés REUTERS/Guglielmo Mangiapane
Tous droits réservés REUTERS/Guglielmo Mangiapane
Par Giorgia OrlandiJulien Pavy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Criminelle pour certains, héroïne pour d'autres... La capitaine allemande du Sea-Watch, ce navire qui transportait une quarantaine de migrants, est désormais détenue sur l'île italienne de Lampedusa, où elle a finalement accosté la nuit dernière, bravant l'interdiction des autorités locales.

PUBLICITÉ

Criminelle pour certains, héroïne pour d'autres... La capitaine allemande du Sea-Watch, ce navire qui transportait une quarantaine de migrants, est désormais détenue sur l'île italienne de Lampedusa, où elle a finalement accosté la nuit dernière, bravant l'interdiction des autorités locales.

Poursuivie pour "résistance envers un navire de guerre", Carola Rackete encourt en théorie dix ans de prison. "Elle est fatiguée et stressée", explique son avocat Leonardo Marino.

"Un acte criminel" pour Matteo Salvini

Le passage en force de Carola Rackete et des migrants du Sea-Watch à Lampedusa a suscité la colère de Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur :"Ce sont des délinquants. Il s'agit d'un acte criminel, d'un acte de guerre. Il y aura, je l'espère, un procès et la jeune femme effectuera sa peine de prison. Sinon, il y a déjà un ordre d'expulsion du ministère de l’Intérieur pour l’embarquer dans le premier avion à destination de Berlin."

Secourus il y a deux semaines au large de la Libye, les migrants du Sea-Watch, très affaiblis, ont pu enfin poser pied à terre à Lampedusa, où ils ont été immédiatement transférés dans un centre d'accueil. Rome refusant de les prendre en charge, ils doivent être répartis dans cinq pays européens : France, Allemagne, Portugal, Luxembourg et Finlande.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Erratum - Le témoignage d'un passager du Sea Watch 3 était faux

La capitaine du Sea-Watch arrêtée après avoir accosté de force à Lampedusa

Le Sea-Watch vu de Lampedusa