Deuxième chronique de l'espace de notre envoyé "spatial", Luca Parmitano

Deuxième chronique de l'espace de notre envoyé "spatial", Luca Parmitano
Tous droits réservés
ESA-Stephane Corvaja - Stephane Corvaja
Taille du texte Aa Aa

C'est la deuxième chronique de l'espace que nous propose l'Italien Luca Parmitano, astronaute de l'Agence spatiale européenne (ESA). Il est impatient de rejoindre la Station spatiale internationale le 20 juillet prochain. Dialogue avec son coéquipier, l'Américain Drew Morgan :

"Bonjour, je suis l'astronaute de l'ESA Luca Parmitano, le correspondant d’Euronews depuis l'espace. Nous sommes au cosmodrome de Baïkonour, et plus exactement dans le complexe où je suis isolé en quarantaine avec mon équipage. Je suis ici avec Drew Morgan, mon coéquipier.

- Tu as été ici deux fois en tant que doublure. Qu'est-ce que cela te fait d'être astronaute principal cette fois ?"

Drew Morgan :

"Je crois qu'aujourd'hui, c'est un peu différent quand on sait qu'il y a un lancement prévu au final. Au lieu de rentrer à Houston ou à l'Agence spatiale européenne pour d'autres entraînements, on sait que cette fois, un vol spatial nous attend, qu'une fusée est en train d'être préparée et qu'on décollera ensemble dans moins de deux semaines à peine. Et puis, on va vivre ensemble pendant plus de six mois. Donc cela n'a rien à voir avec le fait de venir ici pour être doublure".

Luca Parmitano :

"Et même les opérations qu'on a menées ces derniers jours nous donnent un sentiment différent. Quand on est allé dans la capsule de la fusée pour la vérifier, c'était notre capsule, elle a été construite pour nous. J'ai ressenti beaucoup d'émotions".

Drew Morgan :

"C'est vraiment passionnant de voir cela cette fois-ci. La fusée Soyouz est un engin incroyable. Elle s'appuie sur la technologie qui a été utilisée par l'Agence spatiale russe depuis plus de 50 ans. Elle est extrêmement fiable, très robuste... Bref, c'est un formidable concentré d'ingénierie".

Luca Parmitano :

"Je suis d'accord. Même si c'est clair qu'elle ne ressemble pas aux vaisseaux spatiaux des films de science-fiction. Sa beauté, c'est son côté spartiate, c'est la beauté même de la technologie et de la sécurité. C'est ce que je me suis toujours dit et je suis content que tu penses la même chose. Nous essaierons de reprendre contact avec vous très bientôt et c'est certain, nous le ferons depuis l'espace".