Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'approvisionnement en eau, un défi sanitaire au Mozambique

L'approvisionnement en eau, un défi sanitaire au Mozambique
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des chercheurs africains et européens mènent ensemble un projet pour fournir de l'eau de manière durable et peu coûteuse aux habitants des zones isolées en Afrique. Un enjeu crucial dans de nombreuses régions du continent comme dans une petite ville du Mozambique où les ingénieurs de l'initiative SafeWaterAfrica ont testé un prototype de petite station d'épuration mobile.

À Ressano Garcia, la rivière constitue la principale source d'eau pour la grande majorité des 14.000 habitants de la commune.

Or cette eau qu'ils boivent n'est que très partiellement traitée contre les bactéries et les substances chimiques. Ce qui signifie de grands risques pour la santé selon José Apolinario Zimba, responsable technique de la société locale d'approvisionnement en eau.

"Un traitement insuffisant"

_"On pompe l'eau de la rivière pour approvisionner les habitants, mais elle ne subit pas de traitement spécifique qui pourrait permettre à la population de disposer d'une eau avec la qualité requise, il y a bien un traitement qui est fait, mais il n'est pas vraiment suffisant," _explique-t-il.

"Pendant la saison des pluies, l'eau est vraiment trouble et les gens n'ont pas d'autre choix que d'utiliser cette eau qui est très souillée," poursuit-il.

"De nombreux cas de choléra"

"On met du chlore, des sulfates d'aluminium, mais ce n'est pas suffisant pour enlever toute la saleté," reconnaît José Apolinario Zimba.

"Donc la population consomme une eau impropre et dans ce contexte, on a eu d'énormes problèmes avec de nombreux cas de choléra, les traitements sont insuffisants de toutes manières", dit-il.

"Il y a beaucoup d'habitants qui viennent directement à la rivière pour prendre de l'eau et il y a des bactéries dedans, mais on ne peut pas bien faire plus pour changer la situation : on n'a pas de bassins pour pouvoir la traiter et puis, les filtres ne peuvent pas la nettoyer et la filtrer à 100%," fait-il remarquer avant de conclure : "Donc, c'est dans ce contexte-là que l'on fournit de l'eau à la population ici."