Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'écologie, le social et l'égalité des sexes au coeur du programme d'Ursula von der Leyen

L'écologie, le social et l'égalité des sexes au coeur du programme d'Ursula von der Leyen
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Comment est perçu le programme de la nouvelle présidente de la Commission européenne ?

Ursula von der Leyen n'est pas seulement la première femme à devenir présidente de la Commission européenne. Elle a également mis l'égalité des sexes au cœur de son programme.

Pour l'égalité des sexes

Nous avons rencontré le lobby européen des femmes européennes. L’organisme est très optimiste. Ursula a promis le même nombre d'hommes et de femmes au collège des commissaires. Elle veut également inscrire dans les traités européens la violence à l’égard des femmes comme un crime.

"Nous sommes vraiment ravis d'entendre cette proposition d'Ursula von der Leyen, car elle nous permet de reconnaître l'importance d'agir pour mettre fin à la violence envers des femmes. Mettre cela sur les traités européens signifie que nous ouvrons potentiellement la voie à des directives européennes qui s’attaqueront particulièrement à la violence à l’égard des femmes ", affirme Joanna Maycock, secrétaire générale du Lobby européen des femmes.

Un "Green Deal" pour l'Europe

Elle a également fait beaucoup de promesses sur l'environnement. Elle a déclaré qu'elle mettrait en place un Green Deal pour l'Europe pendant ses 100 premiers jours de mandat et annoncerait une réduction importante des émissions de CO2. Mais pour les environnementalistes, cela ne suffit pas.

"Si l'Union européenne veut réellement contribuer équitablement à la réduction des émissions au niveau mondial, elle doit réduire ses émissions de 65% d'ici 2030, donc sa proposition de réduire de 50% les émissions n'est pas suffisant", estime Franziska Achterberg de Greenpeace.

Un discours très social

Son discours était également très social. Elle a parlé de l'instauration d'un salaire minimum et de la création d'un régime d’assurance pour les chômeurs.

Par contre, elle a beaucoup moins parlé de business. Mais le secteur semble comprendre pourquoi.

"Je pense que c’était ce qu’il était. C’était un discours qui cédait davantage aux points qui nécessitaient un vote. C’est normal, c’est un processus politique. Nous attendons donc maintenant ce qui est crucial pour la compétitivité économique, que ces points soient élaborés et précisés de manière plus détaillée", ajoute Markus J. Beyre de BusinessEurope.

Certains pensent que son discours était écrit pour séduire les démocrates sociaux et les libéraux. Ils estiment qu'elle n'a réussi que partiellement, car cela montre sa courte victoire.

A présent, Ursula von der Leyen devra travailler dur pour convaincre ceux qui n'ont pas voté pour elle et pour bâtir un collège équilibré de commissaires.