This content is not available in your region

Berlin éteint ses monuments la nuit : l'Allemagne tente de réduire sa dépendance au gaz russe

Access to the comments Discussion
Par Klervi Dalibot  avec AFP
euronews_icons_loading
La porte de Brandebourg non éclairée à Berlin le samedi 8 décembre 2007, dans le cadre de la campagne "Lumières éteintes" ("Licht aus") pour appeler à l'économie d'énergie
La porte de Brandebourg non éclairée à Berlin le samedi 8 décembre 2007, dans le cadre de la campagne "Lumières éteintes" ("Licht aus") pour appeler à l'économie d'énergie   -   Tous droits réservés  Herbert Knosowski/AP2010

A Berlin, extinction des feux obligatoire la nuit pour les monuments de la capitale. Le pays, fortement dépendant au gaz russe, tente de réduire sa consommation énergétique.

Lux fiat ... und Licht Aus. La capitale allemande a débuté fin juillet une vaste opération "d'extinction des feux" la nuit pour les bâtiments de la ville. Objectif : réduire la note énergétique. Et avec elle, l'emprise du Kremlin sur les besoins en énergie de l'Allemagne.

200 monuments sont concernés dont les très touristiques Château de Charlottenburg et la colonne de la victoire. Au total, 1400 projecteurs seront mis hors service.

L’opération est coûteuse. La désactivation des différents systèmes d’allumage nécessite l’intervention d’une équipe pendant plus d’un mois et revient à 40 000 euros… soit l'économie que va représenter l'extinction de ces éclairages sur cette même année 2022.

Mais l'ambition est ailleurs : la sobriété énergétique a surtout pour objectif de répondre aux menaces russes de couper le "robinet" du gaz.  35% des besoins en gaz de l'Allemagne sont en effet encore aujourd'hui fournis par la Russie.