DERNIERE MINUTE

Difficile parité à la tête de l’UE

Difficile parité à la tête de l’UE
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Pour la première de son histoire, le gouvernement belge est dirigé par une femme. Sophie Wilmès est issue du Mouvement réformateur, le parti libéral francophone. Mais c'est une Première ministre sans majorité puisque depuis le mois de décembre le pays compte à sa tête une coalition gouvernementale en affaires courantes.

Sophie Wilmès fait partie du club restreint des quatre femmes chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE. Elle siégera aux côtés des chancelières allemande et autrichienne, Angela Merkel et Brigitte Bierlein, et de la Première ministre danoise, Mette Frederiksen. Pour Manon Deshayes du Lobby européen des femmes il y a une "réelle amélioration". Mais ces petits pas demeurent insuffisants car "les hommes sont encore surreprésentés en politique dans l'Union européenne", précise-t-elle.

La première présidente élue de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'est battue pour parvenir à la parité au sein de son équipe. Un pari réussi pendant quelques jours avant le rejet de deux candidates par le Parlement européen. La Banque centrale européenne (BCE) est désormais présidée, et pour la première fois, par une femme, la Française Christine Lagarde. Le Parlement européen fait figure de bonne élève en terme de représentation. La part des femmes progresse d'élections en élections. Elles représentent désormais 40% des parlementaires.

Brèves de Bruxelles :

  • Discussions pour la prochaine Commission européenne

La présidente élue de la Commission européenne poursuit ses efforts pour compléter son équipe. Ursula von der Leyen rencontrait ce lundi les candidats français et hongrois, Thierry Breton et Oliver Varhelyi. Les premiers choix de Paris et Budapest ont été rejetés au début du mois par le Parlement européen.

  • Le lobby de l’ex-responsable de la diplomate de l’UE

L'ancienne cheffe de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, rejoint le monde du lobbying. Cinq ans après avoir quitté ses fonctions, la Britannique a décidé de rejoindre une entreprise privée de sécurité qui cherche des contrats auprès des institutions. Catherine Ashton est aussi à la tête du programme européen d'un centre de réflexion libéral basé à Washington.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.