Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Boris Johnson : retour sur son passé bruxellois

Boris Johnson : retour sur son passé bruxellois
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Boris Johnson a travaillé pendant cinq ans comme journaliste à Bruxelles.

Le nouveau premier ministre britannique connaît mieux Bruxelles qu'on ne pourrait le penser. Il a travaillé comme journaliste pour les institutions européennes au Daily Telegraph de 1989 à 1994.

Nombreux sont ceux qui pensent que ses histoires sur Bruxelles ont contribué à façonner la politique britannique.

A cette époque, le journaliste français Quentin Dickinson, de Radio France Internationale, partageait la salle de presse avec lui.

"Dans cette profession, il faut être sérieux, bien sûr. On peut avoir le sens de l'humour. L'ironie n'est pas interdite. Mais il faut simplement un respect absolu des faits. Nous connaissons l'expression de notre profession:" Les faits sont sacrés, les commentaires sont gratuits. "Dans le travail de Boris Johnson, il y a eu beaucoup de commentaires, généralement basés sur très peu de faits. Et cela n'a pas changé depuis qu'il est entré en politique".

Un journaliste qui avait un "goût pour la manipulation"

Bruno Dethomas était le principal porte-parole de la Commission européenne. Il se souvient encore de son style mais aussi sa façon de faire du journalisme.

"Je me souviens de Boris Johnson arrivé avec sa tignasse blanche et blonde désordonnée, son insolence, son intelligence, son charme, son humour et son goût pour la manipulation".

Juste devant la Commission européenne, il y a un bar où se retrouvent souvent les journalistes britanniques. Son propriétaire est un ancien journaliste du tabloid Daily Mirror. Il se souvient des réactions face aux reportages de Boris Johnson.

"Mon impression est qu'il était un journaliste de tabloïd travaillant pour un journal sérieux. Il s'est souvent heurté à des personnalités plus sérieuses de The Guardian. Il avait des questions différentes et il y avait un peu de rivalité. Mais je ne me souviens pas de Boris comme particulièrement anti-Europe à cette époque".

Il n'était peut-être pas anti-européen à l'époque. Mais il expliquait déjà que l'Union européenne devenait une menace pour la souveraineté britannique.