Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Au moins 52 détenus tués dans une prison du nord du Brésil

Au moins 52 détenus tués dans une prison du nord du Brésil
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Au moins 52 détenus ont été tués lundi lors d'un affrontement dans une prison du nord du Brésil. D'après les autorités locales, 16 prisonniers ont été retrouvés décapités.

Des corps calcinés

La mutinerie qui a débuté vers 7h00 heure locale au Centre de redressement régional d'Altamira, dans l'Etat du Para, au coeur de la forêt amazonienne s'est terminée en fin de matinée.

"Un affrontement entre membres de factions rivales" est à l'origine de ce bain de sang a expliqué à l'AFP une porte-parole du Système pénitentiaire du Para (Susipe), sans préciser quelles factions étaient concernées.

Des détenus issus d'un gang ont fait irruption dans une zone où se trouvaient des prisonniers appartenant à un groupe rival, avant d'y mettre le feu. Sur une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, on peut voir des corps calcinés sur un toit d'où s'échappe une épaisse fumée noire, tandis que des prisonniers armés de machettes arpentent les lieux.

En septembre, sept prisonniers avaient trouvé la mort lors d'une mutinerie dans cette même prison d'Altamira à la suite d'une tentative d'évasion.

Le Brésil en proie aux drames carcéraux

Avec près de 727.000 détenus recensés en 2016, le Brésil compte la troisième population pénitentiaire du monde, souvent secouée par des drames.

La capacité des prisons est deux fois moindre, environ 368.000 places, dans ce pays de près de 210 millions d'habitants qui est l'un des plus violents au monde.

Fin mai, 55 détenus avaient été tués en deux jours lors d'affrontements dans plusieurs prisons de l'Etat d'Amazonie, également dans le nord du Brésil.

Début 2017, des émeutes sanglantes avaient causé la mort d'une centaine de prisonniers en un mois dans plusieurs Etats du nord du pays. Des massacres attribués à l'époque à des bandes rivales de narcotrafiquants, pour qui le nord du Brésil est une zone stratégique du transport de cocaïne en provenance de pays producteurs voisins comme la Colombie, le Pérou ou la Bolivie.