DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Marre des insultes ! Les généraux ministres au Brésil disent stop à Bolsonaro

Photo AFP : Jair Bolsonaro et son mentor, l'écrivain Olavo de Carvalho
Photo AFP : Jair Bolsonaro et son mentor, l'écrivain Olavo de Carvalho
Taille du texte Aa Aa

Il y a de l'eau dans le gaz entre les généraux qui occupent une bonne place dans le gouvernement du Brésil et le président, un mauvais signe pour la poursuite de son mandat. Le mentor de Jair Bolsonaro, l'écrivain brésilien Olavo de Carvalho (ci-dessous), qui passe aussi pour "l'âme damnée" du chef de l'Etat, est sans le moindre doute le responsable du malaise. Tweeteur invétéré - il en publie au moins une dizaine PAR HEURE -, il ne cesse de harceler certains hauts gradés qui, selon lui, ne sont pas assez aux ordres de Bolsonaro, allant jusqu'à les couvrir d'insultes ces derniers jours.

Ça suffit ! Olavo de Carvalho "dépasse les bornes", tonne le général Eduardo Villas Bôas dans un entretien qu'il vient d'accorder au journal Estadao de Sao Paulo. "Il montre un manque de respect total aux forces armées", ajoute cet ancien commandant des forces armées brésiliennes; et ce n'est pas une parole en l'air car il très respecté par les militaires mais aussi par la classe politique.

Le général et ministre Santos Cruz traité de "politicard de merde"

L'écrivain, très influent dans les milieux d'extrême-droite à travers le monde, n'y est pas allé de main morte dimanche dernier en invectivant sur Twitter le général Carlos Alberto dos Santos Cruz (en photo ci-dessous), qui est ministre du Secrétariat du gouvernement.Ce dernier veut mieux réglementer internet pour tenter de contrer les appels à la haine qui sont lancés sur le réseau.

"Santos Cruz n'est pas capable d'imaginer ce qu'est un écrivain", a craché le polémiste pour tout commentaire, "il ne connaît que des politicards de merde comme lui" :

Quelques jours plus tôt, le mentor de Bolsonaro avait osé tirer à coups de tweets sur le vice-président du Brésil, le général Hamilton Mourão. Il l'avait traité de toutes sortes de noms d'oiseaux, "idiot", "charlatan méprisable", entre autres... concluant qu'il était "une honte" pour les forces armées. Le haut gradé ne s'est toutefois pas laissé démonter, lui rétorquant qu'il devait rester à sa place de simple "astrologue".

Vivant aux Etats-Unis, ami de Bannon et jouant au cow-boy

Oui, Olavo de Carvalho a bien été astrologue dans le passé, avant de devenir un écrivain haineux, sans complexe et sans limite dans ses écrits comme dans ses paroles. Agé maintenant de 72 ans, il est installé aux Etats-Unis, en Virginie précisément, depuis une quinzaine d'années et organise des conférences payantes en ligne sur internet. Il entretient un look de cow-boy avec son indispensable chapeau, et ne cache pas son goût pour les armes à feu.

Le polémiste a désormais pour principaux amis Steve Bannon, le "penseur" d'ultra-droite, conseiller de l'ombre du président américain, Donald Trump - Bannon dit de lui qu'il est "l'un des plus grands intellectuels vivants au monde" -, et donc le président brésilien qui vient de le citer à l'Ordre de Rio Branco, qui est censé récompenser des personnalités pour leurs services ou mérites "exceptionnels". En contrepartie, pour épauler Jair Bolsonaro dans sa gestion du pays, Carvalho use de son influence importante et persistante dans les cercles du pouvoir les plus variés.