Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le Sénégal s'attaque (une nouvelle fois) aux sacs plastiques

Le Sénégal s'attaque (une nouvelle fois) aux sacs plastiques
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est l'homme qui fait figure d'épouvantail pour le pastique. Autour de la taille, jusqu'au chapeau sur la tête... Il les empile, couche sur couche... Comme un panneau d'interdiction vivant au milieu de la rue, en plein Dakar...

"L'Etat ne peut pas tout faire"

Depuis plus de dix ans, Modou Fall tente de faire bouger les mentalités ou d'inculquer les bonnes habitudes, dans les écoles, chez les plus jeunes.

"Le réchauffement climatique est la raison de toutes ces catastrophes, mais c'est aussi à cause du manque de volonté des gens. Il faut que les habitants se rendent compte que l'Etat ne peut pas tout faire", déclare le militant contre le plastique.

Des résistances

L'Etat ne peut pas tout faire, concèdent certains. Mais les individus non plus, rappellent d'autres.

Pourtant, il y a de quoi faire. Le Sénégal produit 250 000 tonnes de déchets plastiques non recyclés chaque année, qui risquent de finir directement dans l'océan. Ce qui fait de ce pays le 21ème plus gros pollueur au monde...

L'Etat a tenté d'interdire les sacs plastiques les plus fins en 2015, mais comme Abdou Karim Sall, le ministre sénégalais de l'environnement le concède, la loi n'a jamais vraiment été appliquée, devant les résistances des industriels : "Un délai a été donné aux importateurs, aux producteurs, tout ceux qui sont dans cette industrie. On aurait du appliquer la loi dès le début".

Mais au sein de la population aussi, les mauvaises habitudes ont la vie dure... Désormais les magasins ou supermarchés qui mettent à disposition des sacs en plastique pourraient se voir infliger une amende de 75 euros.

Dans ce supermarché, des sacs en papier sont proposés, mais le plastique est toujours présent. "A terme, le but est d'éliminer le plastique", déclare Assietou Drame, la chargée de communication d'Auchan au Sénégal.

Initiatives locales

D'autres, lancent des initiatives à leur échelle... Chaque jour, Babacar, gérant d'un bar sur la plage, observe, impuissant, les mêmes scènes. Des baigneurs pollueurs, qui prennent le sable pour une poubelle.

A compter du 1er août, c'est décidé, et affiché. Dans son bar, les bouteilles de verre vont remplacer celles en plastique.

Des initiatives pour pousser les habitants à ramasser leurs déchets, même si l'Afrique est loin d'être à la ramasse sur le sujet. 34 pays ont déjà adopté des restrictions voire des sanctions, en cas d'utilisation de sacs en plastique.