Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Hong Kong: des avocats défilent en silence pour dénoncer une justice aux ordres

Hong Kong: des avocats défilent en silence pour dénoncer une justice aux ordres
Tous droits réservés
Reuters
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des centaines d'avocats ont marché en silence mercredi 7 août à Hong Kong en faveur des manifestants pro-démocratie, illustrant le soutien dont bénéficie toujours le mouvement dans le territoire malgré les sévères avertissements de Pékin.

Vêtus de noir, les avocats ont défilé pacifiquement sous un soleil brûlant depuis la Cour suprême jusqu'au ministère de la Justice. C'est la deuxième marche organisée depuis début juin par ces professionnels qui se tiennent habituellement à l'écart des manifestations.

"Ceux qui jouent avec le feu périront par le feu"

La veille, Pékin avait adressé son plus ferme avertissement en date aux manifestants qui défient depuis deux mois le régime communiste. "Ceux qui jouent avec le feu périront par le feu", a lancé mardi le porte-parole du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao au gouvernement chinois, Yang Guang.

Des avocats qui défilaient ont indiqué soutenir la demande d'enquête indépendante sur l'application de la loi formulée par les manifestants pro-démocratie. Ils protestaient également contre les poursuites intentées par le parquet, jugées politiquement motivées.

"Je n'aime vraiment pas les manoeuvres de ce gouvernement destinées à diviser et semer la peur", selon l'avocate Anita Yip.

Une justice à deux vitesses

"Les poursuites sont engagées de manière sélective", a-t-elle ajouté, se référant à ce que la population perçoit comme une différence de traitement de la police selon qu'il s'agit de manifestants ou des membres présumés de triades qui les ont agressés le 21 juillet.

La police de Hong Kong a arrêté plus de 500 contestataires, en faisant inculper des dizaines pour participation à des émeutes, un chef passible de jusqu'à dix ans de prison. Parallèlement, seuls 19 hommes ont été arrêtés pour l'agression du mois dernier qui avait fait 45 blessés, et ils ont été inculpés pour le chef moins grave de rassemblement illégal.