Après Hiroshima, Nagasaki commémore les 74 ans des bombardements atomiques

Après Hiroshima, Nagasaki commémore les 74 ans des bombardements atomiques
Par Laura Berlioz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il y a 74 ans la ville de Nagasaki a été bombardée à l'arme nucléaire quelques jours après Hiroshima. Les commémorations sont marquées par le souvenir mais aussi par la question du nucléaire.

PUBLICITÉ

Des sons de cloche à 11H52 puis le temps s’arrête sur Nagasaki durant une minute. A la même heure, Il y a 74 ans jour pour jour une bombe atomique pulvérisait la ville. La deuxième après Hiroshima. La cérémonie en présence du premier ministre japonais et du maire de la ville a été marquée par la déclaration poignante de ce survivants.

"Je continuerai à plaider pour l’abandon des armes nucléaires jusqu’à ma mort. C’est une façon d’honorer les 200 000 personnes qui ont perdu la vie à Hiroshima et à Nagasaki il y a 74 ans", affirme un survivant de l'attaque, très ému.

La question du nucléaire était dans toutes les têtes. Le Japon ne fait pas partie des pays à avoir ratifié le traité de l'ONU de 2017 interdisant les armes nucléaires. Pour le maire de Nagasaki, il faut y remédier : "Comme nous sommes le seul pays à avoir subi le largage d'une bombe atomique pendant la guerre, je demande au gouvernement de signer le traité et de le ratifier dans les meilleurs délais."

Quelques jours plus tôt, c’est le maire d’Hiroshima qui a appelé appelé Tokyo à signer ce même traité.

Le Premier ministre nippon, Shinzo Abe a promis de servir de «pont» entre les pays détenteurs de la bombe et ceux qui ne la possèdent pas pour pouvoir dialoguer

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le spectacle des cerisiers fleuris a débuté au Japon

Huit morts après le naufrage d'un bateau pétrolier sud-coréen au large du Japon

Japon : Un tribunal juge "anticonstitutionnelle" l'interdiction du mariage homosexuel