DERNIERE MINUTE

Réintégration de la Russie au G7 : "Pas de consensus"

Réintégration de la Russie au G7 : "Pas de consensus"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Emmanuel Macron a affirmé que la question de la réintégration de la Russie au G7 n'avait pas fait l'objet de consensus à Biarritz. Donald Trump n'exclut pas d'inviter Vladimir Poutine de son propre chef, l'an prochain à Miami.

La Russie reste persona non grata au rendez-vous des plus puissants de la planète. Cela, malgré la pression de Donald Trump, qui a même affirmé ce lundi qu'il réfléchissait à inviter seul Vladimir Poutine l'an prochain en Floride, où se déroulera le G7.

Le chef de la Maison blanche a précisé ne pas savoir si le président russe, qui "est un homme fier", accepterait l'invitation.

Le retour de la Russie à la table du G7 était l'une des questions abordées par les dirigeants. Or, elle n'a pas "dégagé de consensus", a conclu Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse en solitaire, lundi soir en clôture du sommet de Biarritz.

La décision d'inviter un nouveau membre autour de la table doit être prise de manière unanime, selon la règle implicite de ce sommet international.

D'après le locataire de l'Elysée, les dirigeants ont conclu que "tant que la crise ukrainienne n'était pas réglée, il n'était pas opportun d’officialiser un retour au G8 (...) Mais dans le même temps, nous avons tous actés qu'il était important de parler à la Russie", a-t-il ajouté.

"Nous nous réunirons en septembre en format Normandie", a ensuite précisé le président français, qui estime que "les conditions sont réunies pour avoir un sommet utile au niveau des chefs de gouvernement".

Donald Trump a en effet du faire face aux conditions françaises, ainsi qu' à l'opposition ferme du Canadien Justin Trudeau, réaffirmées à Biarritz :

"J'ai affirmé clairement que le Canada ne soutenait pas la réintégration de la Russie dans le G-7. La Russie doit encore modifier le comportement qui a conduit à son expulsion en 2014 et ne devrait donc pas être autorisée à réintégrer le G-7. L'agression et l'annexion illégale de la Crimée est totalement inacceptable. Le Canada a défendu et défendra toujours la souveraineté de l'Ukraine", a déclaré le Premier ministre canadien, lundi soir, devant les journalistes.

La Russie avait été exclue du Groupe des 8, sommet informel réunissant les économies les plus avancées de la planète, en 2014 à l'initiative de Barack Obama, en réponse à l'annexion de la Crimée, jugée illégale par les pays occidentaux.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.