Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le corps d'un Irakien retrouvé noyé au large de la Belgique

REUTERS/Yves Herman
REUTERS/Yves Herman
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le corps sans vie d'un Irakien de 47 ans a été retrouvé vendredi 23 août dans les eaux du parc éolien de Thorntonbank, au large des côtes belges. L'homme portait une nageoire et un sac à dos et avait attaché à son dos des bouteilles en plastique pour être maintenu à la surface de l'eau.

Tout laisse à penser que Niknam Massoud tentait de gagner le Royaume-Uni à la nage. Ce genre de périple est devenu courant depuis le durcissement de la politique migratoire à travers l'Europe. Ces traversées ont été qualifiées d'"incidents majeurs" en 2018 par le Ministre de l'Intérieur britannique, Sajid Javid.

«Ils m'ont appelé pour me dire qu'ils avaient trouvé un cadavre», a déclaré à Euronews Carl Decalwe, gouverneur de la Flandre occidentale. «C'est la première fois qu'un corps mort est retrouvé dans nos eaux. C'est très triste».

Une traversée dangereuse

À son point le plus étroit, le tronçon de mer situé entre les côtes française et anglaise mesure 33 km. La distance peut paraître relativement courte, mais la traversée de ce détroit est imprévisible en raison des courants forts.

"La traversée est dangereuse en raison du nombre de navires qui empruntent la Manche, des courants, et des mauvaises conditions météorologiques qui prévalent souvent et de l'inadéquation des embarcations utilisées" a déclaré à Euronews Catherine Woollard, secrétaire générale du Conseil européen sur les réfugiés et les exilés.

Les autorités belges ne savent pas combien de temps Massoud a passé dans l'eau, ni le point de départ de sa traversée. Un homme avait été repéré dans l'eau la semaine dernière par un pêcheur, mais il n'a jamais été retrouvé. Aucune information ne permet de confirmer qu'il s'agissait de lui.

Le bureau du procureur de Bruges, qui a ouvert un dossier sur la mort de Massoud, pense également qu’il pourrait être l’une des deux personnes repérées sur un radeau de fortune dans les eaux françaises quelques jours auparavant. "C'était une petite embarcation, fabriquée avec des bouteilles en plastique pour la faire flotter" a déclaré un porte-parole du procureur à Euronews. Si tel est le cas, une deuxième personne pourrait être portée disparue.

Asile rejeté

Quelques informations sont connues sur Massoud. Il se trouvait dans la ville allemande de Karlsruhe depuis décembre 2018, après avoir été arrêté par la police fédérale d'Aix-la-Chapelle dans un train Thalys en provenance de Belgique. Il a demandé l'asile et avait été enregistré en tant que demandeur d'asile puis transféré dans le Bade-Wurtemberg, d'après Rosa Flaig, porte-parole du Regierungspräsidium Karlsruhe.

L'homme s'est ensuite vu refuser l'asile en Allemagne après avoir raté le délai d'inscription a affirmé le bureau du procureur de Bruges. «Ce n’est pas facile d’enquêter. Nous ne savons pas par où il a commencé. Nous ne savons pas quelles étaient ses intentions », a déclaré le porte-parole du procureur. "Nous ne savons pas où il s'est noyé".